France.#TouchePasAMaCrèche, la nouvelle campagne de Robert Ménard

Une polémique en chasse une autre à la mairie de Béziers. Juste avant le tollé provoqué par la campagne d’affichage pour le TGV, Robert Ménard a invité ses concitoyens à envoyer leurs selfies devant une crèche. Une belle entrave à la laïcité, passée presque inaperçue…

La polémique autour des affiches pour le TGV a écrasé une autre campagne d’affichage dont la ville de Béziers a seule le secret. Sur les réseaux sociaux et dans la presse, nombre de voix se sont élevées, et à juste titre, contre l’exploitation outrancière du décès d’une mère de famille, tuée par son conjoint.

En effet, la municipalité du Bleu marine Robert Ménard a subventionné une campagne de publicité montrant une femme ligotée sur des rails et hurlant à l’approche d’un train avec ce douteux slogan : « Avec le TGV, elle aurait moins souffert ! ».

Une enquête judiciaire a été ouverte, la mairie dit avoir retiré toutes les affiches. L’incident est clos. Ou presque, puisque quelques jours avant ce tollé médiatique, c’est une autre affiche qui avait attiré l’attention de quelques internautes bien informés.

« Aucune provocation »

« Qui n’a pas encore fait son selfie devant la crèche de Béziers ? » peut-on lire sur cette image où l’on voit Jésus en train de se prendre en photo avec un smartphone.

La mairie de Robert Ménard a twitté « #Crèche de Noël à #Béziers : envoyez-nous vos photos ! #TouchePasAMaCrèche ». Un tweet qui a rapidement fait réagir Nicolas Cadène, le rapporteur général de l’Observatoire de la Laïcité auprès du gouvernement, « Mais à part ça, M. Ménard, maire apparenté FN de Béziers et qui appelle à ne pas respecter la loi, nous dira qu’il ne fait « aucune provocation »... ».

On notera au passage que le #TouchePasAMaCrèche est régulièrement associé, sur les réseaux sociaux, à de sympathiques hashtags tels que #DefendonsNotreCivilisation, #TouchezPasAnosTraditions ou encore #MontreTaCroix.

Chloé Juhel

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer