Suivez-nous
Recevez nos newsletters 

 

La chronique du tocard. En direct de Palestine. Venez, on va tous à Gaza….

L’avion était quasiment vide. Même les hôtesses semblaient moins nombreuses qu’à l’habitude. C’était pas non plus les plus belles filles du monde aérien que j’avais vues mais ne parlons pas du physique des serveuses de l’air, surtout quand on a ma gueule.
 

... (par:Nadir Dendoune) [Lire la suite]
blank.png
N° 83
N° 83 - Juillet 2014
blank.png
L'Algérie va-t-elle réussir à battre la Corée du Sud ?
 
 

Tunisie. Conférence de presse Nidaa Tounes : Essebsi fidèle à lui-même

jeudi 20 septembre 2012
Tunisie. Conférence de presse Nidaa Tounes : Essebsi fidèle à lui-même
Béji Caïd Essebsi a laissé les médias sur leur faim côté annonces politiques, mais n’a pas déçu ses partisans. Photo Seif Soudani / LCDA.

On a parlé un temps d’un congrès du front électoral Nidaa Tounes. Ce fut finalement une grande conférence de presse, sans grandes surprises, si ce n’est le ralliement de quelques intellectuels et des figures connues de la société civile. Très attendu après les évènements de violence de l’ambassade US, Béji Caïd Essebsi a laissé les médias sur leur faim côté annonces politiques, mais n’a pas déçu ses partisans : avec sa verve habituelle, il a gratifié la salle de quelques traits souvent cruels envers la troïka au pouvoir qu’il donne pour « finie et enterrée ».  Reportage photo.


 


Impressionnant dispositif de sécurité à l’entrée du luxueux hôtel Acropolium des Berges du Lac, entre service d’ordre privé et quelques policiers quadrillant le périmètre. Première déception : pas un mot sur les rumeurs de tentative d’assassinat.

« BCE a fait du BCE ». C’est en somme ce que les militants du nouvellement créé Nidaa Tounes retiendront jeudi au bout d’une heure et demie d’un speech assez convenu.

Qu’il soit l’incarnation du prestige de l’Etat pour les uns ou le représentant d’une alternative de type « droite sécuritaire » pour d’autres, Essebsi était censé être le grand bénéficiaire du vendredi noir 14 septembre, date de l’attaque sur l’ambassade américaine qui, pour beaucoup, porte un coup fatal au pouvoir nahdhaoui, une nouvelle fois incapable d’assurer les minimas d’une gestion de crise.

Si au final l’ex Premier ministre n’a pas exploité outre mesure cette actualité, c’est probablement parce que durant son propre mandat provisoire à la tête de l’Etat, il dût faire face aux mêmes difficultés avec les mêmes groupes salafistes, mais cela dit dans le contexte d’institutions encore plus affaiblies à l’époque.

 

La date fatidique du 23 octobre dans tous les esprits

Au-delà des quelques attaques sur le ton de l’ironie, caractéristiques du style Essebsi, notamment en direction des détenteurs de portefeuilles ministériels qu’il connaît le mieux (l’Intérieur et les Affaires étrangères), BCE s’est focalisé sur l’échéance du 23 octobre prochain, signe que l’objet principal de la conférence était déjà arrêté depuis un certain temps.

Cette fois, l’accusation est explicite : « J’espère me tromper, mais je ne pense pas que ce gouvernement prépare sérieusement des élections », insistera-t-il à plusieurs reprises. Des soupçons jugés sans fondement par des membres du CPR et d’Ennahdha qui, quant à eux, accusent la coalition d’opposition al Joumhouri - al Massar - Nidaa d’être à l’affut de la moindre faiblesse gouvernementale pour faire le forcing et glaner une part du gâteau du pouvoir.

Essebsi ne s’en cache pas, il a réitéré aujourd’hui son offre de main tendue à Ennahdha qui, selon lui, « ne pourra pas s’en sortir seul ». Pour ce faire, il a proposé de revenir le 24 octobre à la même légitimité qui lui permit de gouverner avant les élections : celle du consensus.

Pour l’instant, le pouvoir en place ne l’entend pas de cette oreille. Le chef de Nidaa Tounes a ouvertement accusé les alliés de gauche d’Ennahdha (CPR et Ettakatol) de dissuader le parti islamiste de toute velléité d’alliance avec ce qu’ils considèrent comme des « azlem », les « restes de l’ex régime ».

 

Rien de nouveau sous le soleil

L’intellectuel Hamadi Redissi et les avocates féministes Bochra Belhaj Hmida et Saïda Garrach ont fait une entrée remarquée parmi les nouvelles recrues. Mais ce sera tout pour les nouveautés.

En attendant de pouvoir éventuellement travailler « main dans la main avec Ennahdha » comme il le souhaite, le parti de « Bajbouj » peine à se trouver une identité et tarde à publier un programme. Seules les grandes lignes d’une vision d’avenir ont été distribuées dans une brochure de presse.

De quoi décevoir ses propres élites militantes qui, à l’image de Mustapha Stambouli, dénoncent « une intervention plate adressée beaucoup plus à des fans que pour la Nation. »

Le paysage politique tunisien semble s’installer chaque jour un peu plus dans le fatalisme et la morosité.

Seif Soudani

Commentaires
.
#1 Gharbi Assia
Prudence, prudence quand tu nous tiens. Bien entendu il vaut assurer ses arrières
20-09-2012 16:56 Citer
 
  • Exposition
  • à Paris (France)
  • Evénement
  • à Tétouan -Tanger - Casablanca (Maroc)
  • Musique du Monde
  • à Jadida-Kénitra-Meknes-Tétouan-Rabat-Agadir  (Maroc)
  • Iftar & Chaabi et Kabyle
  • à Paris (France)
  • Concert
  • à Carthage (Tunisie)
  • Concert de musique orientale
  • à Paris (France)
  • Musique du Monde
  • à Crozon, Bretagne (France)
  • Musique classique
  • à El Jem (Tunisie)
  • Chant populaire et Rai
  • à Carthage (Tunisie)
  • Fusion
  • à Rabat-Tétouan-Settat (Maroc)
  • Festival de musique
  • à Al Hoceima (Maroc)
  • Evénement
  • à At Yenni, en Kabylie (Algérie)
  • Opéra rock
  • à Tunis (Tunisie)