Algérie. Tournée libyenne de Messahel

Le ministre algérien des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel. AFP

Le ministre algérien des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, entame aujourd'hui une tournée en Libye. Il compte se rendre  dans plusieurs régions et ville de ce pays voisin qui nage depuis quelques années déjà dans  un chaos indescriptible pour prêcher la bonne parole et les vertus d’un « dialogue inclusif » et de la « réconciliation nationale ». 

Selon un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères, la visite de M. Messahel « s’inscrit dans le cadre des efforts constants que l’Algérie n’a cessé de déployer en vue de rapprocher les positions des frères libyens pour une solution politique durable à la crise à travers le dialogue inclusif inter-libyen et la réconciliation nationale qui préserve l’intégrité territoriale de la Libye, sa souveraineté et l’unité et la  cohésion de son peuple».

Il faut dire que M. Messahel se rend en Libye sans aucune nouvelle idée  puisque cette solution d’un dialogue inclusif est portée à bout  de bras par le gouvernement algérien depuis quelques années déjà sans que cela n'ait une prise sur le cours des événements, puisque ce pays est toujours en proie à  la violence.

La seule nouveauté est que cette tournée intervient dans un contexte bien particulier, à savoir la révélation de l’existence d’un projet américain, vrai ou supposé,  de partition de la Libye en trois Etats. M. Messahel se rendra-t-il en terre libyenne dans le but de sensibiliser les Libyens sur le danger de la scission de leur pays et, du coup, contrer les ‘’visées’’ sécessionnistes de l’administration Trump ?

Pas loin qu’hier, Alger a démenti avoir la moindre velléité de s’opposer à ce projet de partition de la Libye. « Les prétendues informations relatives à une demande algérienne d'éclaircissements au sujet du projet de partition de la Libye, relayées par la presse, sont dénuées de tout fondement », a déclaré « une source diplomatique autorisée »  à l’agence de presse APS.

Et d’ajouter : « à aucun moment, il n'a été question d'une demande algérienne d'informations comme cela a été rapporté par la presse, dont certains titres se livrent à des extrapolations tendancieuses, allant même jusqu'à parler de demande algérienne formulée au Département d'Etat américain par l'entremise de canaux diplomatiques ».

Cette source diplomatique a précisé que « la partie américaine n'a pas évoqué pareil projet de partition de la Libye ».  

Yacine Ouchikh

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Ma daronne, ministre de l'Écologie

    Les écologistes de tout bord et Nicolas Hulot en tête, devraient arrêter de se la raconter et cesser de faire croire aux 66 millions de Français qu'ils ont été les premiers à se soucier du sort de la p...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito