Algérie.Amar Ezzahi tire sa révérence

Amar Ezzahi, brillant chanteur, compositeur et interprète de musique chaâbi, décédé le 30 novembre 2016 à Alger.

Le maître de la chanson  chaâbi, Amar Ezzahi, de son vrai nom Amar Ait Zai, est décédé aujourd’hui (30 novembre) à son domicile à Alger, a annoncé l’agence officielle APS citant une source proche de la famille du chanteur.

Agé de 75 ans, Amar Ezzahi a été hospitalisé en septembre dernier à la clinique des Glycines à Alger des suites d’un malaise. Il devait être transféré à l’étranger pour être pris en charge. C’est du moins ce qu’a annoncé en septembre dernier le ministre de la culture Azzedine Mihoubi sur son compte facebook.

« Sur instruction du président de la République, toutes les mesures nécessaires ont été prises au niveau du ministère du Travail et de la Sécurité sociale ainsi que le ministère de la Culture pour une prise en charge totale du grand chanteur chaabi cheikh Amar Ezzahi à l’étranger », a-t-il écrit.

"Disciple" de Boudjemaa El Ankis , un autre monument de la chanson chaabi, Amar Ezzahi a mis le pied à l’étrier artistique à la fin  des années 60.  Peu prolifique, il compte toutefois de nombreux admirateurs, notamment à Alger, berceau de la chanson chaâbi.

Fils du peuple et ayant un mépris souverain pour les mondanités, Amar Ezzahi a toujours préféré les fêtes familiales aux grands concerts. Sa dernière sortie publique remonte à…1987, quand il avait un animé un concert à la salle Ibn Khaldoun à Alger.

Yacine Ouchikh

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard au Trib'. Francesca : "Leur liberté, c'est ma liberté"

    J'ai décidé d'aller parfois au tribunal. Une belle manière de raconter autrement la France. La Chronique du Tocard devient donc de temps en temps La chronique du Tocard au Trib'. Voici l'épisode 1. Au Palais ...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito