France. Assistants FN au Parlement européen : information judiciaire ouverte

La présidente du FN, Marine Le Pen, ainsi que son père, sont soupçonnés d’avoir indûment rémunéré des membres de son parti par de l’argent européen.

Déjà confronté à la perspective d'un procès sur le financement de ses législatives en 2012, le Front national voit les nuages judiciaires s'accumuler. Le parquet de Paris a confié à des juges d'instruction du pôle financier l'enquête sur les soupçons de salaires indûment versés à des assistants parlementaires d'élus du Front national au Parlement européen, a indiqué jeudi une source judiciaire.

Abus de confiance et recel, escroqueries, faux et usage de faux et travail dissimulé

L'information judiciaire a été ouverte le 15 décembre pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé, a précisé la source. Elle fait suite à une enquête conduite depuis mars 2015 par le parquet, qui avait été saisi par le Parlement européen. « En pleine campagne électorale, c'est caricatural et cela révèle clairement un agenda strictement politique. Les vieilles méthodes politiciennes de persécution des opposants ont la peau dure », a réagi la présidente du Front national Marine Le Pen.

Le parquet avait été saisi par le Parlement européen après les élections de mai 2014, remportées par le parti d'extrême droite en France, qui avait envoyé 24 élus au Parlement de Strasbourg, avec près de 25 % des suffrages. Parmi eux, les principales figures du parti, dont sa présidente Marine Le Pen, son cofondateur Jean-Marie Le Pen ou encore Florian Philippot. À cette époque, les soupçons portaient sur les conditions dans lesquelles étaient employés et payés 20 assistants d'élus frontistes au Parlement européen, car leurs noms apparaissaient aussi sur le dernier organigramme du parti en France. Ces doubles inscriptions laissaient supposer que les personnes pouvaient être affectées à d'autres tâches que le travail parlementaire tout en étant rémunérées par les fonds européens.

Multiplication des accusations de malversation

En parallèle du parquet, l'organisme antifraude de l'Union européenne (Olaf) a mené ses propres investigations. Il a demandé en août au Parlement européen de recouvrer près de 340 000 euros auprès de Marine Le Pen, une somme correspondant aux salaires versés à deux de ses assistants parlementaires. Le premier est connu pour avoir longtemps été le garde du corps de Jean-Marie Le Pen, puis de Marine Le Pen, tandis que la seconde a été chef de cabinet de la présidente du FN au sein du parti.

Le Parlement européen a aussi réclamé 320 000 euros à Jean-Marie Le Pen, lui aussi élu à Bruxelles et à Strasbourg, une somme utilisée pour rémunérer son assistant parlementaire Jean-François Jalkh entre 2009 et 2014. L’enquête de la PJ avait également révélé que le secrétaire particulier de M. Le Pen apparaissait également comme assistant de l'eurodéputée Marie-Christine Arnautu

Le Front national est déjà confronté à plusieurs enquêtes sur des soupçons de malversations dans le financement de ses campagnes depuis 2012. Le parti d'extrême droite a été renvoyé en procès par les juges d'instruction pour complicité d'escroquerie au préjudice de l’État, qui rembourse les frais de campagne, lors des législatives de 2012.

Deux de ses dirigeants, son trésorier Wallerand de Saint-Just et Jean-François Jalkh, sont aussi poursuivis, le premier pour recel d'abus de biens sociaux, le second pour escroqueries, abus de confiance et recel d'abus de biens sociaux. Dans cette affaire, la justice soupçonne le parti d'avoir mis en place un système de prestations surfacturées pour toucher des remboursements indus.

Rached Cherif

(Avec AFP)

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

Advertisement