Hatem M'rad

Politologue tunisien spécialisé dans les partis politiques, l'opinion publique, le libéralisme et la gouvernance; professeur agrégé de science politique à la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de l'Université de Carthage et président-fondateur de l’Association tunisienne d'études politiques.

Point de vue/Tunisie. Groupes, fronts et anarchie partisane

L'ARP à Tunis. FETHI BELAID / AFP

Un nouveau front parlementaire de 43 députés, centriste et progressiste, vient de se constituer entre le groupe parlementaire de Machrou Tounès, celui d’Afek Tounès, 7 membres du groupe parlementaire de Nida, le groupe national, et un membre du groupe de l’UPL. Il cherche légitimement une nouvelle forme d’équilibre parlementaire. Mais il ne va pas sans produire aussi une forme d’anarchie parlementaire : groupes parlementaires, ...
LIRE SUITE

Point de vue. Tunisie / Partis monarchistes en République

Armoiries des  Beys de Tunisie : Ahmad II, Muhammad VII et Muhammad VIII (Règnes 1929-1943-1956-1957).

En interdisant aux partis politiques de toucher au principe de la République dans leurs principes ou programmes, la Constitution tunisienne, n’a pas pour autant réglé la question des partis monarchistes ou royalistes qui, en démocratie, ont droit de cité, au même titre que les partis républicains. Que certains monarchistes préfèrent militer en dehors des partis, en raison du caractère arbitral, impartial et non partisa...
LIRE SUITE

Espagne. Indépendance ratée de la Catalogne

Carles Puigdemont, le président destitué de Catalogne, tient une conférence de presse à Bruxelles, en Belgique, le 31 octobre 2017. Agence Dursun Aydemir / Anadolu

Déterminée, la Catalogne voulait aller au-delà d’une autonomie régionale ordinaire. Son parlement, qui se rappelle toujours de la devise de Notre Dame de la Real Sempre endavant mai morirem (en catalan: « Toujours en avant, jamais nous ne mourrons »), a déclaré solennellement et médiatiquement l’indépendance de la région.  ...
LIRE SUITE

Point de vue / Espagne. Une solution politique pour la Catalogne

CATALOGNE - Plusieurs centaines de milliers de personnes (450.000 selon la police locale), avec le président du gouvernement catalan Carles Puigdemont en tête, ont manifesté à Barcelone, samedi 21 octobre 2017,  pour réclamer l'indépendance de la Catalogne. PAU BARRENA / AFP

Pour un Etat souverain, les revendications d’autonomie d’une partie de son territoire, d’une de ses régions, bénéficiant déjà d’une spécificité, d’une identité culturelle, linguistique et historique affirmée et d’un statut constitutionnel autonome, constituent une difficulté majeure à surmonter et à gérer. C’est le cas de la Catalogne, comme des Kurdes en Irak, ...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Scénarios sur l’après-Essebsi

Le mandat présidentiel de Béji Caïd Essebsi s’achève en 2019. Le président tunisien aura alors exactement 93 ans. FETHI BELAID / AFP

Le président Béji Caïd Essebsi est à mi-parcours de son mandat présidentiel, qui s’achève en 2019. Mais au vu de son âge avancé, un âge qui ne l’a pas empêché de gouverner lucidement jusque-là, voire de tenir l’essentiel des leviers politiques du pays, il ne serait pas illégitime d’envisager deux hypothèses qui peuvent se présenter à la fin de son mandat, selon qu...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Inaltérable morale de groupe

Illustration / Science Photo Library / AFP

A l’époque du régime autoritaire, le Tunisien était assujetti à la fois à l’autorité du pouvoir, habituellement abusive et tentaculaire, et à la morale du groupe social, toujours apte à définir le périmètre de la tradition, des standards culturels, du comportement conventionnel et de l’obéissance publique, le tout surplombé par le cadre religieux. Aujourd’hui, après une r&...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Les contreparties menaçantes du compromis islamo-laïc

Hafedh Caid Essebsi (G), chef du parti Nidaa Tounes, et le dirigeant du parti islamiste tunisien Ennahdha Rached Ghannouchi, à l'occasion du discours officiel prononcé par le président tunisien Beji Caid Essebsi au Palais des Congrès, le 10 mai 2017 à Tunis. FETHI BELAID / AFP

Il est vrai que les acteurs et dirigeants politiques au pouvoir pensent toujours, et par la force des choses, à l’étape politique présente : au mandat en cours, à leur survie au pouvoir, à celle de leur parti, à la défaite et à la marginalisation immédiate de l’adversaire, surtout en période de transition troublée. La conscience du court terme, doivent-ils considérer, les sauvera très v...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Le congrès inespéré de Nida et de son directeur exécutif

A défaut de faire un congrès constitutif, comme il est de tradition, à l’issue de sa création en été 2012, avant toute participation électorale, Nida Tounès s’apprête à faire, tardivement, sa toilette légale, par un raccourci opportun, trois ans et demi après qu’il ait accédé au pouvoir, remporté la majorité aux législatives, donné un prési...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Démocratie et Réconciliation

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le 13 septembre 2017, à l’occasion de la session extraordinaire consacrée à l’adoption du projet de loi présidentiel de la réconciliation administrative. NACER TALEL / ANADOLU AGENCY / AFP

Depuis l’indépendance et durant une soixantaine d’années, les Tunisiens ont vécu sous un régime autoritaire, dirigé successivement par deux autocrates : Bourguiba, un despote éclairé, puis Ben Ali, un despote aveuglé. Le parti de Ben Ali était lui-même issu du parti de Bourguiba et se reconnaissait dans sa philosophie. Mais cela n’empêchait pas Ben Ali de déposer son prédéces...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Instabilité gouvernementale et ministérielle

Youssef Chahed, chef du gouvernement tunisien. ASHRAF SHAZLY / AFP

On sait que la transition tunisienne a été une machine à broyer les gouvernements, les ministres et les secrétaires d’Etat. Mais, le paradoxe du système politique tunisien, c’est que les changements de gouvernements et les remaniements ministériels de grande ampleur, comme celui qui vient d’être effectué par le chef du gouvernement Youssef Chahed, se succèdent à un rythme effréné, sans qu&rsqu...
LIRE SUITE

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito