La chronique du Tocard. L'opium du peuple

Je vais vous dire sans passer par d’autres chemins que celui de la franchise que je m'en tape que la France du foot gagne ou perde. Dimanche soir, j'ai très bien dormi : j'ai même fait de super beaux rêves. ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. Je t’aime moi non plus

  La première fois que j’ai brandi un drapeau français, j’avais pas viré Front national, ou RPR. J’étais pas non plus devenu arabe de service, en service commandé pour le Parti socialiste. Non, j’avais toujours le cœur bien ancré à l’extrême gauche. Toujours, en mode internationaliste. ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. L’ascenseur de madame Dendoune.

  A 80 ans, ma mère ne veut pas ralentir de vitesse et carbure comme si elle en avait 30 de moins. Elle continue donc à aller faire ses courses au marché de Saint-Denis, 93, au moins deux fois par semaine, sans parler de ses visites occasionnelles chez l’épicier du coin, surtout si son ascenseur fonctionne normalement.  ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. Les ramadans de ma mère

  Maman répète toujours que peu importe son illettrisme, elle sait beaucoup mieux que le toubib et ses dix années d'études après le Bac, parce qu'elle ressent les choses à l'intérieur de son corps mieux que quiconque. Parce qu’elle est polie, elle écoute sans sourciller les diagnostics des médecins et fait mine d’être d’accord avec eux, mais elle finit toujours pas en faire qu’&ag...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. L’homophobie n’a pas de religion

  En Australie, qui est d’abord un pays anglo-saxon par excellence où chacun a sa chance professionnellement, peu importe la couleur de ta peau, peu importe également si t'es pas passé par une « grande école », l’inverse de la France, où prédomine un système sectaire, raciste, sexiste et élitiste, j’avais trouvé un job de prof de sport à deux mètres de chez moi, dans une &ea...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. De l'eau du robinet seulement

  Ma maman que vous commencez à connaître un chouia tellement elle est faite tout en beauté et en douceur doit être toujours mise devant le fait accompli; sinon, elle se sent trop pauvre légitimement pour accepter de profiter des plaisirs de la vie. Par exemple, pour l’emmener dîner à l’extérieur, il faut ruser de malice et lui faire croire à une ballade chez sa cousine Zineb et au dernier moment, changer d&rsquo...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. La tête de mon père

  Maman et Papa étaient tombés d’accord et n’avaient pas du tout aimé et c’est un euphémisme, une photo de mon daron prise par un photographe professionnel et qui allait pourtant devenir une célébrité à elle toute seule. C'était un portrait de lui où on le voyait réajuster de manière très élégante sa cravate. Sur la photo, sa tête était lé...
LIRE SUITE

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer