La chronique du Tocard. La communautarisation des chagrins

  Nous, quand on était des jeunes garçons, c’est-à-dire dans les années 80, malgré nos faciès d’arracheurs de sacs de vieilles dames, on était incapable d'agresser physiquement quelqu'un. Surtout dans le quartier où on vivait. On préférait, à la rigueur, voler dans les magasins.  ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. Voleur un jour...

  Comme j'ai une mémoire taillée sur mesure, à chaque fois que je me trouve en Suisse, je pense à ce premier voyage effectué à Genève à la fin des années 80 où on a dû se pincer plusieurs fois pour le croire tellement on était revenu à domicile heureux, chargé comme des Fenwicks, avec nos sacs remplis de vêtements en tout genre et en qualité supérieure, qu'on a...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. L’école arabe

  Pour faire comme tout le monde et ne pas encore plus passer pour des marginaux, mon père, Mohand Dendoune, nous avait inscrits d'office, mes deux sœurs et moi, à « l’école arabe » sans même nous demander notre avis.   ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. Mes souvenirs de colos

Quand papa disait Non, c'était bon signe, parce qu'on savait que maman finirait par dire Oui. Non pas parce qu'elle était contre l'avis de son mari, c'était juste par automatisme, par pure opposition maritale, pour l’égalité hommes femmes, pour rééquilibrer un peu la donne.  Elle aimait bien se servir de ses enfants pour régler de vieux comptes avec son Mohand, comme le font d'ailleurs tous les couples ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. L'opium du peuple

Je vais vous dire sans passer par d’autres chemins que celui de la franchise que je m'en tape que la France du foot gagne ou perde. Dimanche soir, j'ai très bien dormi : j'ai même fait de super beaux rêves. ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. Je t’aime moi non plus

  La première fois que j’ai brandi un drapeau français, j’avais pas viré Front national, ou RPR. J’étais pas non plus devenu arabe de service, en service commandé pour le Parti socialiste. Non, j’avais toujours le cœur bien ancré à l’extrême gauche. Toujours, en mode internationaliste. ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. L’ascenseur de madame Dendoune.

  A 80 ans, ma mère ne veut pas ralentir de vitesse et carbure comme si elle en avait 30 de moins. Elle continue donc à aller faire ses courses au marché de Saint-Denis, 93, au moins deux fois par semaine, sans parler de ses visites occasionnelles chez l’épicier du coin, surtout si son ascenseur fonctionne normalement.  ...
LIRE SUITE

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito