Aziz TaziCe réalisateur marocain qui veut changer l’image des Arabes à Hollywood

Aziz Tazi, Marocain de 25 ans, originaire de Casablanca sort son premier long métrage, Night Walk.

 

Il savait qu'il réussirait alors il est parti. Basé à Los Angeles depuis 2 ans, Aziz Tazi, Marocain de 25 ans, originaire de Casablanca, est en passe de réaliser son rêve : sortir son premier long métrage.

« J'ai toujours voulu faire du cinéma. A 12 ans déjà, je m'amusais à monter sur mon ordinateur toutes sortes d'images », avoue celui qui a décidé de tenter sa chance aux Etats-Unis. Un pari gagnant puisque Night Walk devrait sortir sur les écrans dans quelques semaines, début 2016 donc.

Une comédie romantique qui se transforme en drame criminel. L'histoire d'un Américain qui tombe éperdument amoureux d'une fille arabe et décide de la demander en mariage dans son pays natal, avant d'être emprisonné à tort pour son meurtre. « J'espère que ce film changera un peu l'image que certains ont des Arabes ici », dit un brin optimiste Aziz.

« Même si on entend beaucoup parler de Donald Trump, il y a énormément d'Américains qui voient autrement que lui et qui sont pour le vivre ensemble », croit-il. « Aux Etats-Unis, les communautés sont souvent stéréotypées, et les rôles tenus par les Arabes sont toujours les mêmes : ils jouent soit les cheikhs milliardaires ou, dans un registre plus péjoratif, les terroristes », se désole Aziz.

Mais avant d'en arriver là, Aziz Tazi a dû batailler ferme. « Etre artiste, ce n’est pas valorisé dans la culture arabe », regrette-il. « J'ai donc dû faire ce qu'on m'a dit de faire avant de pouvoir voler de mes propres ailes », concède-t-il. 

Elève brillant, Aziz Tazi obtient une bourse du gouvernement français. Pendant quatre ans, il enchaîne les diplômes ; de l'ingénierie à la prestigieuse Centrale, la grande école parisienne. Il ne lâche pas sa passion et participe à des concours, remportant, entre autres, l’Orange Reporter Award.

Ses études finies en France, Aziz s’envole alors pour les États-Unis pour effectuer un master à Berkeley, qu'il décrochera en 2013. Un choix pas anodin puisque son université n'est qu'à quelques kilomètres... des studios d'Hollywood. « Je voulais me rapprocher de l'industrie du cinéma américain. Los Angeles en est le cœur et il est plus facile de réussir en y étant », pointe le jeune homme.

En marge de ses études américaines, il réalise son premier film, Imago, un thriller de 48 mn. Remarqué, il décroche le poste de manager pour « l'arab film festival » : un immense événement annuel où pendant cinq week-ends, sont projetés dans cinq villes américaines du sud-ouest près de 150 films. Ce job lui « ouvre les portes » de soirées où se croisent le gratin du cinéma.

« Il y a beaucoup d'escrocs, c’est vrai », s’accorde à dire le jeune homme, « mais aussi des gens sérieux », sourit-il. « Un jour, j'ai rencontré un producteur avec qui j’ai bien accroché », se souvient Aziz. Le Britannique Keith Barrows, un vétéran de la Paramount croit tout de suite en son idée de film. Il est bien le seul... « J'ai eu beaucoup de mal à trouver des producteurs pour mon long-métrage », confirme le jeune cinéaste.

Après plusieurs rejets des maisons de production, c’est donc avec « 360 Studios » qu’il démarre son projet. Son premier long métrage Night Walk sera bientôt sur les écrans, avec à l'affiche plusieurs grands acteurs, comme Eric Roberts (The Dark Knight, The Expendables), Tiny Lister (Le cinquième élément, Jackie Brown, Friday) ou Patrick Kilpatrick (Minority Report, L'effaceur).

« Même si c'est un peu moins simple qu'avant, le rêve américain existe toujours », conclut très modestement les yeux qui brillent, le très talentueux Aziz Tazi.

Nadir Dendoune

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard au Trib'. Francesca : "Leur liberté, c'est ma liberté"

    J'ai décidé d'aller parfois au tribunal. Une belle manière de raconter autrement la France. La Chronique du Tocard devient donc de temps en temps La chronique du Tocard au Trib'. Voici l'épisode 1. Au Palais ...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito