Dossier du Courrier.Vivre ensemble

crédit photo : Stéphane Ouzounoff / Photononstop / AFP

MAGAZINE JANVIER 2017

Une fois n’est pas coutume, nous tenions à remercier, dans ce dossier, Edwy Plenel, Edgar Morin, Pascal Boniface, Thomas Guénolé, Dominique Schnapper ou encore Nathalie Goulet. Bien sûr, on en oublie, et nous avons choisi ici de ne citer que les plus médiatiques. En notre for intérieur, nous savons que la vague du vivre-ensemble est plus importante que certains ­médias veulent nous le faire croire.

Le moment est propice pour en parler, à l’heure où certains piétinent ce concept à coups de déclarations à l’emporte-pièce. Le vivre-ensemble n’est pas une utopie. C’est notre avenir. Ce vers quoi nous cheminons. Alors, comment se taire face aux provocations incessantes de ces moralisateurs s’arrogeant une autorité qu’ils n’ont pas et insultant sans vergogne des pans ­entiers de la société française ?

Les exemples, ces dernières semaines, sont légion : l’ancien ministre des Transports Dominique Bussereau qui traite les banlieusards de “peuple de Saint-Denis” ; le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, qui veut interdire aux mères voilées d’accompagner leurs enfants lors de sorties scolaires, alors même que le Conseil d’Etat a été particulièrement clair sur la question ; cette députée LREM qui humilie les pauvres en se plaignant de gagner seulement 5 000 euros par mois et de “manger pas mal de pâtes”. Sans oublier le philosophe de salon Alain Finkielkraut lorsqu’il évoque le “peuple non-souchien” qui n’aurait pas assisté aux funérailles de Johnny Halliday.

Un autre son de cloche

Le but est toujours le même : vendre du papier, faire du clic avec de fausses polémiques comme celle opposant Edwy Plenel, le directeur de Mediapart, à Riss, le dessinateur de Charlie Hebdo sur fond d’affaire Tariq Ramadan. Il en va de même avec l’hebdomadaire Marianne qui s’acharne sur l’humoriste Yassine ­Belattar – à qui nous apportons notre plein soutien –, l’accusant à mots couverts d’attenter au modèle républicain et laïc.

Derrière ces attaques incessantes se cachent des paradigmes clairement établis par les néoconservateurs et leur croyance en un “choc des civilisations” défendu par l’Américain Samuel Huntington. Pour eux, un seul mot d’ordre : ne pas être différent. Ne pas être femme, juif, musulman, pauvre, etc. Au final, ne pas être minoritaire ! Ne nous méprenons pas. C’est la ­République qui est attaquée. Les provocateurs “communautaristes” brandissent la liberté comme étendard, oubliant que dans la devise française, les mots égalité et fraternité ont autant de sens que le premier.

Aussi, nous voulions nous faire l’écho d’un autre son de cloche. De ces Français et Françaises qui appellent à vivre ensemble, à réfléchir à demain, à la compréhension de l’autre et à son humanité. A celles et ceux de tous bords politiques, qui, par leurs mots et leurs prises de position, font honneur à ce pays qui ­portera, grâce à eux, le nom éternel de “patrie des droits de l’homme”

DERNIERE MINUTE

LES SERIES DU MAGAZINE

CHRONIQUES

24 HEURES AVEC

EDITOS

ON A TESTE

VOYAGES

IL RACONTE


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer