France.Biennale des photographes du Monde arabe contemporain : « sortir des clichés » !

Deuxième édition de la Biennale des photographes du monde arabe contemporain, une initiative conjointe de l’Institut du Monde Arabe et de la Maison Européenne de la Photographie, du 13 septembre au 12 novembre 2017, à Paris.

Après une première édition ayant rencontré un franc succès, l’Institut du Monde Arabe (IMA) et la Maison Européenne de la Photographie (MEP) présentent la deuxième édition de la Biennale des photographes du monde arabe contemporain. Du 13 septembre au 12 novembre, artistes du Monde arabe et artistes occidentaux exposent leurs travaux, avec cette année à l'IMA, un coup de projecteur sur la Tunisie.

Compréhension entre les peuples

En 2015, Jack Lang, président de l'IMA, lançait avec la MEP la première Biennale des photographes du Monde arabe contemporain avec une volonté : « Sortir des clichés les plus éculés sur le monde arabe, en révéler des réalités cachées, améliorer la compréhension entre les peuples : tels étaient mes objectifs il y a deux ans ». Pour cette deuxième édition, ce ne sont pas moins de huit lieux parisiens (l’IMA, la MEP, la Cité internationale des arts, la Mairie du 4e...) qui accueilleront les œuvres d'artistes du Monde arabe d'une part, et d'autres parties du Monde d'autre part.

La Tunisie à l'honneur

Si la première Biennale se voulait plus comme une approche généraliste de la photographie contemporaine dans le Monde arabe, cette nouvelle édition est plus ciblée, avec notamment un focus sur la Tunisie. C'est pourquoi, l'IMA a choisi comme commissaire d'exposition Olfa Feki, résidant à Tunis et travaillant sur la photographie et les arts visuels d’aujourd’hui.

Ainsi les visiteurs pourront découvrir les travaux d'artistes tunisiens comme Douraïd Souissi, qui aborde « des problématiques sociales, historiques, politiques liées au contexte actuel de la post- révolution » à travers le paysage. Mais aussi Héla Ammar, qui travaille sur les questions de mémoire et d'identité, et bien d'autres. En tout une vingtaine d'artistes, de Tunisie, mais également d'autres continents.

La jeune photographie algérienne

A la cité internationale des arts, l'accent sera mis l'Algérie comme l'explique le commissaire générale de la Biennale, Gabreil Bauret : « une importante exposition consacrée à la jeune photographie algérienne. Le commissariat de cette exposition voulue par la Ville de Paris a été assuré par Bruno Boudjelal dont le travail se partage entre la France et l’Algérie, son pays d’origine ». A la MEP, la photographe algérienne Farida Hamak exposera sa série « Sur les traces ».

Outre les nombreuses expositions d'artistes du monde arabe et du reste du monde, plusieurs rencontres et débats seront organisés tout au long de la durée de la biennale. Une deuxième édition qui sera « dédiée à Leila Alaoui, tragiquement disparue alors que ses portraits de Marocains étaient exposés à la MEP, dans le cadre de la première Biennale ».

CH. Célinain

Deuxième Biennale des photographes du Monde Arabe contemporain, du 13 septembre au 12 novembre 2017.

Programme complet : http://biennalephotomondearabe.com

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito