France.Le procès en appel du policier, responsable de la mort d'Amine Bentounsi, abattu d'une balle dans le dos en 2012, démarre ce lundi

Crédit image : Hassan Kodack

Ce lundi 6 mars (jusqu'au vendredi 10 mars) débute le procès en appel de Damien Saboundjian, gardien de la paix, responsable de la mort d'Amine Bentounsi. Acquitté en première instance au nom de la légitime défense, ce policier avait pourtant abattu le fuyard d'une balle dans le dos à Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis. 

L'acquittement de Damien Saboundjian, en janvier 2016 avait été accueilli par des huées et des sifflements. Le policier avait dû être évacué par une porte dérobée du palais de justice de Bobigny (93). Mécontent de la décision des jurés, le parquet général avait fait appel de cette décision une semaine plus tard. Depuis ce drame, Amal Bentounsi, la sœur de la victime ne vit que pour que justice lui soit rendue. Le Courrier de l'Atlas l'a rencontrée la veille de ce deuxième procès. 

LCDL : Comment vous sentez-vous à la veille de ce deuxième procès ?

Amal Bentounsi : Assez sereine. Combattive. Je suis toujours autant déterminée. Je veux juste que justice soit rendue. Damien Saboundjian, le gardien de la paix qui a abattu mon frère n'a pas agi en état de légitime défense. Et je sais qu'il sait qu'il a commis l'irréparable. 

C'est aussi ce qu'ont affirmé plusieurs témoins lors du premier procès...

Oui, ils ont attesté qu'Amine fuyait, sans se retourner au moment des tirs. L'un des policiers présents au moment du meurtre a même avoué à la barre avoir menti pour couvrir son collègue. Un mensonge pour lequel il n'a jamais été sanctionné.

En première instance, malgré les éléments troublants, les jurés de la Cour d'assises de Bobigny avaient relaxé Damien Saboundjian. Croyez-vous que la Cour d'appel vous donnera cette fois-ci raison ? 

Je sais que je devrais être pessimiste, compte tenu des autres affaires de crimes policiers où la justice est quasiment toujours clémente avec les accusés. J'espère qu'elle fera juste son travail. Pour faire mon deuil, j'ai besoin qu'on me rende justice. Je veux rétablir la vérité et j'aimerais qu'on cesse avec la criminalisation de mon frère. Peu importe son passé judiciaire, il a été abattu de dos. Je continue à y croire, sinon, cela fait longtemps que j'aurais arrêté de me battre. 

Propos recueillis par Nadir Dendoune

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. La déchirure

    Maman est comme tout le monde et il lui arrive parfois, pour pas dire souvent, d'être en dépression. Avec le recul, je ne sais pas si cela n'a pas été le cas une grande partie de sa vie. Même avant qu'elle a...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito