France-Palestine. Macron « préoccupé » par la possible reconnaissance de Jérusalem comme capitale israélienne

Le président Emmanuel Macron a exprimé lundi à son homologue américain sa « préoccupation » devant la possibilité que Donald Trump décide de déménager l’ambassade des États-Unis de Tel-Aviv vers Jérusalem, lors d’un entretien téléphonique relaté par l’Élysée dans un communiqué.

Si la question du déménagement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv – la capitale reconnue par la communauté internationale – vers Jérusalem est récurrente depuis plus de deux décennies, la décision n’a jamais semblé aussi proche que sous l’ère Donald Trump. Une loi adoptée en 1995 par le Congrès prévoit en effet ce déménagement, qui a sans cesse été reporté depuis.

Or, le président américain a fait savoir qu’il n’a pas signé la dispense pour reporter cette initiative lundi, date d’expiration de la précédente dérogation, et qu’une annonce sera faite dans les prochains jours sur la question. Lors de sa campagne, Donald Trump avait promis ce déménagement et la reconnaissance de Jérusalem comme capitale israélienne.

Cette initiative est perçue par les Palestiniens comme une grave entrave au processus de paix. Pour l’Organisation de la coopération islamique (OCI), il s’agit d’une « attaque flagrante contre les nations arabes et musulmanes ». Réunie à Jeddah en Arabie Saoudite, l’OCI a fait savoir dimanche que « si les États-Unis prennent l’initiative de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, nous recommandons de tenir une réunion au niveau des ministres des Affaires étrangères, suivie d’un sommet dès que possible. » Ce sommet impliquerait la venue des chefs d’État des 57 pays membres.

Le même jour, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’est entretenu par téléphone avec le président français Emmanuel Macron et le chef de l’État turc, Recep Tayyip Erdogan, pour exercer une influence sur le processus décisionnaire de Donald Trump. Majdi al-Khalidi, conseiller diplomatique de Mahmoud Abbas, a tenu à leur « expliquer les dangers que comporterait toute décision de transférer l’ambassade ou de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël ».

« Le président français a exprimé sa préoccupation sur la possibilité que les États-Unis reconnaissent unilatéralement Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël », selon la présidence française, qui a relevé qu’« Emmanuel Macron a rappelé que la question du statut de Jérusalem devra être réglée dans le cadre des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens, visant en particulier l’établissement de deux États vivant côte à côte en paix et en sécurité avec Jérusalem pour capitale ».

Rached Cherif

À lire aussi :

Israël. Le Giro, un mauvais Tour pour la Palestine

Israël. Le nouvel ambassadeur américain en Israël veut travailler dans la « capitale » Jérusalem

Palestine. Israël va construire 770 logements à Jérusalem-Est

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito