France.Une cagnotte pour les frais de justice de la famille d’Adama Traoré

Marche à Beaumont-sur-Oise le 22 juillet 2016, en hommage à Adama Traoré. THOMAS SAMSON / AFP

Depuis le 19 juillet dernier, la famille d’Adama Traoré se bat pour connaître la vérité sur la mort du jeune homme. A cela s’ajoute la difficulté de gérer les frais de justice, décuplés par la condamnation de deux frères de la victime. Une cagnotte vient d’être lancée pour les aider à y faire face.
 

Les frais de justice représentent toujours un poids pour les familles de victimes de violences policières. Cela est d’autant plus vrai, pour la famille Traoré, que les ennuis judiciaires semblent se multiplier. En effet, en décembre dernier, Bagui Traoré, un des frères d’Adama, a été condamné à 8 mois de prison ferme pour outrages et violences à l’égard de policiers municipaux et gendarmes. Il a également été mis en examen et placé en détention provisoire pour « tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Il est aujourd’hui en grève de la faim. Et les difficultés que doivent traverser la famille Traoré ne s’arrêtent pas là. Plus récemment, un second frère d’Adama Traoré, Yacouba, a été condamné pour violence en réunion, par le tribunal de grande instance de Pontoise, dans le Val-d’Oise.

« Nous ne faiblirons pas »

Dans un communiqué, la famille dénonce des « représailles » qui ne sont « qu'un moyen de nous noyer dans les urgences et sous les frais judiciaires ». Pour les proches d’Adama Traoré, « la justice désire nous faire céder en nous mettant en grave difficulté. Mais nous ne faiblirons pas ». C’est pour cette raison que la cagnotte Leetchi a été lancée il y a quelques jours, histoire de les aider à traverser cette difficile épreuve. « Nous vous garantissons la transparence de cette collecte (…). La totalité des fonds récoltés serviront à payer les avocats, les procédures judiciaires et les contre-expertises », peut-on lire sur la page d’appel aux dons.

« Syndrome asphyxique »

Adama Traoré est décédé, à Beaumont-sur-Oise, lors de son interpellation par les gendarmes en juillet 2016. Il est arrêté et maintenu au sol par 3 représentants des forces de l’ordre. Adama Traoré décède une heure et demie après son interpellation. Deux autopsies ont été réalisées. La cause du décès n'a pas été clairement établie malgré la mise en évidence d’un « syndrome asphyxique ». La famille a porté plainte pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger.

Chloé Juhel

Lien vers la cagnotte Leetchi : En mémoire à Adama Traoré

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito