France.Violences faites aux femmes : une marche blanche en mémoire de Mariama K.

Une mère et son enfant dans une chambre d'un appartement de l'association Home, à Paris, le 22 novembre 2016. L’association "Hébergement Orientation Médiation Écoute" a permis depuis 2006 de reloger plusieurs femmes victimes de violences conjugales, dans le Val-De-Marne et en Essonne. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

L'année 2017 s'est terminée dans l'incompréhension à Montreuil. Agée de 32 ans, Mariama K. a été défenestrée par son mari après une vive altercation. Aujourd'hui (10 janvier), une marche blanche est organisée notamment par l'Observatoire des violences envers les femmes du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, SOS Femmes 93 et la ville de Montreuil, pour rendre hommage à la jeune femme et dénoncer, une fois encore, les violences faites aux femmes.

Plus jamais ça

« Si l'on veut que ça ne se reproduise plus, il faut que notre société, globalement, voisins, amis,

collègues mais aussi les professionnels, forces de sécurité, justice, médecins, que tout le monde

prenne conscience de la dangerosité des hommes violents » explique Ernestine Ronai de l'Observatoire des violences envers les femmes du CD93. Si la tendance est à la baisse depuis 10 ans, en 2016 ce sont 123 femmes qui ont péri suite à des violences.

Plusieurs dispositifs

Les dispositifs de protection des femmes victimes de violences se multiplient : le téléphone portable

d’alerte pour les femmes victimes de violences en grave danger, l’ordonnance de protection permet aux femmes et à leurs enfants d’être protégés, des permanences locales d'accueil, d'écoute... Toute fois c'est un travail en cours insiste Ernestine Ronai : « Il faut continuer à former les professionnels, croire les femmes, bien les écouter, mieux les accompagner et les orienter ».

Lutte contre les violences faites aux femmes à Montreuil

Selon l'observatoire, la ville de Montreuil bénéficie d'un réseau actif contre les violences faites aux femmes : « La ville de Montreuil a, sur son territoire, deux consultations de psycho-trauma pour les femmes victimes et les enfants. Montreuil a des associations très vivantes qui luttent contre ça (…) Un vrai travail est fait sur la ville de Montreuil, en partenariat avec nous, bien sûr ». Ainsi la ville a mis en place un accueil au centre hospitalier André-Grégoire pour les personnes ayant été témoins du drame.

La marche silencieuse qui aura lieu aujourd'hui, à 16h30, à Montreuil est non seulement un hommage mais aussi un signe fort pour montrer que la lutte, pour empêcher de tels drames de se reproduire, n'est pas finie : « Le combat s'inscrit dans la durée et ce n'est pas une particularité locale mais bien nationale, voire mondiale ».

CH. Célinain

DERNIERE MINUTE

LES SERIES DU MAGAZINE

CHRONIQUES

24 HEURES AVEC

EDITOS

ON A TESTE

VOYAGES

IL RACONTE


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer