Justice.Le producteur Tarak Ben Ammar aux prises avec la justice

A gauche, Tarak Ben Ammar, en compagnie de Harvey Weinstein

Le producteur cinématographique Franco-Tunisien Tarak Ben Ammar connaît des ennuis judiciaires pour banqueroute, a révélé jeudi BFM TV Buisiness. Synonyme de success story, son parcours connait depuis peu véritable une série noire. Explications.

Tarak Ben Amar s’est fait connaître auprès des Tunisiens en 1996, lorsqu’il se targue à raison d’avoir convaincu Michael Jackson de se produire en concert à Tunis. Cousin par alliance du clan Bourguiba et proche du pouvoir bénaliste, l’homme est alors en pleine ascension.

La loi des séries

Mais depuis peu c’est la descente aux enfers économique. Cet administrateur de Vivendi, Telecom Italia et The Weinstein Co., mis en difficulté par la vague « #MeToo », qui a été poursuivi pour la faillite de la société Quinta Industries, spécialisée dans la post-production avait été condamné à 3 ans d'interdiction de gestion de société et au payement de 3,5 millions d'euros avec d'autres dirigeants.

Or, les ennuis ne s'arrêtent pas là, puisque le producteur franco-tunisien est également poursuivi pénalement par le parquet de Nanterre qui a ouvert une information judiciaire dans laquelle il a été mis en cause pour banqueroute. Selon le code du Commerce français, la Banqueroute ou "faillite frauduleuse" est passible d'une peine de 5 ans de prison et de 75000 euros d'amendes.

Cette affaire remonte à 2011. Tarak Ben Ammar est à la tête de Quinta Communications. Celle-ci détient 82,5% de Quinta Industries et en est aussi l'administrateur. Tarak Ben Ammar siégeait lui-même au Conseil d'administration de Quinta Industries en tant que représentant du Quinta Communications.

Liquidation judiciaire

Placé sous liquidateur judiciaire après sa faillite, ce dernier a trouvé des faits répressibles pénalement dans la gestion de la société, ce qui a amené à l'information judiciaire pour banqueroute.

Par conséquence, le liquidateur judiciaire a pu faire saisir dès 2015 le chalet de Tarek Ben Ammar en Val d'Isère mais n'a pu le placer en faillite personnelle pour une durée de 15 ans comme demandé. Concernant ses autres biens en France, ils n'ont pu être saisis rapport le média car ils ne sont pas directement détenus par lui.

Tarak Ben Ammar est également actionnaire de la chaine privée tunisienne Nessma TV, qui couvre l’ensemble du Maghreb, dirigée par Nabil Karoui.

Seif Soudani

LES SERIES DU MAGAZINE

CHRONIQUES

24 HEURES AVEC

EDITOS

ON A TESTE

VOYAGES

IL RACONTE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer