France.Ken Loach présent à la soirée d'ouverture du Festival Ciné Palestine

Le réalisateur britannique Ken Loach présent à la soirée d'ouverture du Festival Ciné Palestine,

 

C'est reparti. Il y a un an, le festival Ciné Palestine qui a pour but de promouvoir la richesse du cinéma palestinien, voyait le jour. La soirée d’ouverture ce lundi 23 mai, affiche complet depuis plusieurs jours déjà. Elle aura lieu à l'Institut du monde arabe (IMA) à Paris... en présence de Ken Loach, qui a confirmé sa venue aux organisateurs du festival dans la matinée. Le réalisateur britannique,  fraîchement récompensé au festival de Cannes où il a remporté la Palme d'Or avec "Moi, Daniel Blake", assistera avec les autres spectacteurs à l’avant-première parisienne de "3000 Nuits" de Mai Masri.

 

"Je suis très fière de venir présenter mon film ici à Paris, dans une ville où j'ai vécu", a déclaré la réalisatrice palestinienne lors de la conférence de presse de ce matin organisée à la mairie du 2ème et largement boudée par les journalistes, malgré la présence de plusieurs personnalités du cinéma (Robert Guediguan, Hala Alabdalla, Licia Eminenti, Michel Khleifi, Rana Alamuddin, etc...).

Le film projeté ce soir retrace l’histoire de cette institutrice palestinienne qui met au monde un garçon dans une prison israélienne. Une naissance qui va lui permettre de trouver les ressources nécessaires pour survivre. "3000 Nuits" sera diffusé de nouveau le 3 juin à Aubervilliers. 

L’Institut du monde arabe accueillera également le 30 mai le film "The Idol" de Hany Abu-Assad, une exclusivité hexagonale : un film pas encore projeté en France.

L'année dernière, le Festival Ciné Palestine avait réuni en neuf petits jours 1500 spectateurs. Pour sa deuxième édition qui débute donc ce lundi 23 mai et qui se clôturera le 5 juin, les organisateurs, un collectif de bénévoles, ont mis la barre plus haute.

Cette année, les spectateurs pourront assister à 31 films dans trois lieux différents : à Paris, à l’Institut du monde arabe (IMA) et au cinéma Le Luminor ; en banlieue, à Saint-Denis (université Paris 8) et au cinéma Le Studio à Aubervilliers.

« Les films proposés et leurs auteur-e-s abordent tous les thèmes, souvent avec une touche d’humour et une sensibilité un peu décalée qui donnent une force visuelle et émotionnelle aux histoires qu’ils ou elles portent, dans le documentaire comme dans la fiction », détaillent les responsables de ce festival indépendant, financés grâce aux dons des particuliers, mais aussi avec l’aide du réseau associatif.

Un festival que « les institutions classiques daignent pour l’instant soutenir »,regrettent les responsables. « Nous ne sommes pas résignés et on espère que la pérennité de cet événement saura les convaincre ». 

Un festival unique en son genre en France parce qu’il est dédié intégralement à la Palestine et soutenu par des cinéastes de renom, comme les réalisateurs Costa-Gavras, Tony Gatlif, Eyal Sivan, Ken Loach, Michel Khleifi, ou Robert Guédiguian, la réalisatrice, Licia Eminenti, les actrices Elli Medeiros et Rana Alamuddin, ou encore l'ancien footballeur, devenu acteur Eric Cantona.  

Cette année, le festival Ciné-Palestine innove également, avec un important focus « Archives et Mémoire », organisé en collaboration avec le département cinéma de l’université Paris 8 de Saint-Denis. « Au travers de projections, de débats et d’une table ronde, il traitera des archives du cinéma palestinien, des difficultés de leur inventaire et de leur conservation, ainsi que du lien entre cinéma et mémoires historique, politique et culturelle des Palestiniens », détaille les organisateurs. 

Le festival se terminera le 5 juin avec la projection à Aubervilliers, du film « Le temps qu’il reste » d’Elia Sulieman, le portait de ces « Palestiniens de 48 », qu’on appelle plus communément « Les Arabes Israéliens », restés sur leurs terres au moment de la Nakba.  Un programme très riche pour le plus grand bonheur des spectateurs franciliens. 

Nadir Dendoune

Programme complet : http://festivalpalestine.paris/
 

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard au Trib'. Francesca : "Leur liberté, c'est ma liberté"

    J'ai décidé d'aller parfois au tribunal. Une belle manière de raconter autrement la France. La Chronique du Tocard devient donc de temps en temps La chronique du Tocard au Trib'. Voici l'épisode 1. Au Palais ...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito