Maroc.La Banque mondiale soutient le pilier II du Plan Maroc Vert

TIM SLOAN / AFP

Le Maroc et la Banque mondiale ont signé, jeudi 21 décembre à Rabat, un accord de prêt de 200 millions de dollars visant à renforcer les chaînes de valeur agroalimentaires et à améliorer les performances du secteur agricole. 

L’accord a pour objectif de renforcer le pilier II du Plan Maroc Vert à travers l’amélioration de la compétitivité de l’industrie agroalimentaire et le renforcement de sa valeur ajoutée.

Ce prêt vise également le renforcement des fédérations interprofessionnelles des filières agrumes et olive en leur apportant un appui technique et financier afin d’en faire des plateformes ouvertes pour la coordination interprofessionnelle et le dialogue public-privé dans l'objectif de développer leur chaîne de valeur.

Un effort  pour intégrer les petits producteurs dans le marché agroalimentaire

L’accord ambitionne aussi d’intégrer les petits et moyens producteurs dans un marché agroalimentaire exigeant et en forte croissance à travers l’intensification des investissements dans les installations de transformation des aliments, en coopération avec le Fonds de développement agricole.

Il vise aussi à moderniser la gestion des nouveaux marchés de gros et à améliorer l’accès à des informations sur les cours du marché grâce aux technologies de l’information et de la communication afin d’accroitre l’efficience et la transparence des marchés dans le secteur des fruits et légumes.

Parmi les objectifs visés par cet accord figurent l’amélioration de la sécurité alimentaire et l’adoption des normes qualitatives et de systèmes de certification, outre le soutien de l’innovation dans le secteur de l’industrie agroalimentaire à travers la création de deux centres. Ces derniers proposeront des services destinés à favoriser le développement technique et commercial des PME désirant s’orienter vers l’industrie de transformation des aliments.

En 2008, le Maroc avait adopté une ambitieuse stratégie agricole, le Plan Maroc Vert (PMV), qui entendait faire de l'agriculture un des moteurs de l'économie nationale. Ce Plan a permis la création de plus de 300.000 exploitations agricoles (pour un total, aujourd'hui, de 1,8 million d'exploitations), de même qu'un  progrès significatif dans la mécanisation du secteur, ainsi qu'une hausse des cheptels ovin (+18%) et bovin (+43%).

Mohamed El Hamraoui

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer