La chronique du Tocard. Karim, un ami qui te veut du bien..

 

Elle m’avait appelé, la voix tremblante, comme si elle recevait des menhirs sur la tête, pour me demander de lui dire la Vérité, toute la vérité. Elle savait que je savais. J’étais le meilleur ami de son Jules. Et aussi le sien. Et elle voulait que je lui prouve que notre amitié voulait dire quelque chose. Mais j’étais coincé. Coincé entre elle, Latifa, et son mec, Karim. Ils avaient eu le coup de foudre réciproque à l'Ile-Saint-Denis, 93, il y a quelques années, à une fête musicale que j’avais organisée à la maison. Un simple échange de regard, aucune syllabe prononcée et l’amour avait fait le reste.

 

Latifa et Karim avaient été construits pour être ensemble. Mais ça ne suffisait pas pour être heureux toute sa vie. L'amour sans le travail.... Au début, j'avais trouvé ça super qu'ils se soient trouvés : ils souriaient tout le temps, prévoyaient de grandes choses ensemble. Un conte de fée moderne. Malgré ce tableau idyllique, je craignais les lendemains qui déchantent. Et j'avais vu juste : aujourd'hui, leur relation n'était pas différente de celles des autres, faites de conflits, mais surtout de mensonges, de trahisons.

Pour être honnête, c'était Karim le premier responsable. Plutôt beau-gosse, la tchatche en prime, il avait commencé à butiner ailleurs très vite, comme un réflexe, une habitude qu'ont certains célibataires, pour ne pas dire l'immense majorité des mecs. Il savait qu'il faisait quelque chose de mal mais il se persuadait en se disant qu'il ne l'avait jamais trompé avec son cœur et que le sexe sans les sentiments, ça ne compte pas. Malgré son amour véritable pour Latifa, il disait qu'il ne pouvait s'empêcher de profiter de chaque opportunité.

Il avait mis du temps à m'en parler. La première fois, il l'avait fait surtout pour me demander de le couvrir: il était tombé sur cette fille par hasard, une plaque chauffante et il voulait profiter de sa chaleur toute la nuit. J'avais refusé de l'aider à cause de Latifa, mais devant son insistance, j'avais fini par abdiquer. Pendant qu'il profitait de sa maîtresse, mon amie regardait sagement la télé toute seule... Le jour d'après, on avait dîné les trois ensemble et j'avais été gêné devant Latifa. J’imaginais Karim nu dans une chambre d’hôtel en train de faire l’amour avec une fille dont il en avait strictement rien à foutre, répondant simplement à son instinct bestial. Latifa avait senti mon malaise et j'avais répondu que ce n'était rien: j'étais juste pas bien dans mon assiette. 

Deux mois plus tard, elle était tombée par hasard sur une conversation virtuelle très érotique entre Karim et une certaine Nadia. Des phrases sans aucune ambiguïté. Et pourtant, malgré l'évidence, il s'en était sorti frais comme un puceau et tout était rentré dans l'ordre. Certains mecs sont doués pour endormir les nanas, peut-être aussi parce qu'en face, certaines décident de fermer les yeux.

Sentant l'orage arriver, Karim avait mis, pendant quelques temps, en stand-by ses infidélités. Calmer le jeu. Retrouver la confiance de Latifa. Il l'avait même emmenée faire un week-end à Venise. La veille de leur départ, il m'avait tout de même avoué qu'il s'était lâché sur une petite blonde, une nana qu'il avait rencontrée au travail. Après leur escapade en Italie, l'amour entre Latifa et Karim était réparti de plus belle.

Mais un jour, mon amie m'avait appelé. Elle voulait qu'on se voit. Un bail qu’on ne s’était pas croisé. Pour parler de la vie. Mais aussi de son couple, un truc très important pour elle, comme pour beaucoup de nanas. Latifa était heureuse avec Karim malgré tout. Malgré quelques difficultés. Les soucis au quotidien. Et puis, c'est vrai: elle désirait plus. Elle l'aimait vraiment et elle voulait être tout le temps, partout avec lui. Elle souhaitait un peu plus que les promesses de son amoureux. Elle voulait du concret, des actes : officialiser leur relation par exemple. Pouvoir rencontrer la famille de Karim. Avoir un enfant avec lui.

Latifa avait 36 ans et demain ça sera trop tard, se disait- elle. Elle me disait toutes ces choses pas juste parce qu'elle en avait besoin mais aussi parce qu'elle espérait sans doute que j'en touche quelques phrases à Karim. Mon ami aimait Latifa. Enfin, il tenait à elle. Elle était tellement belle, tellement précieuse, qu'il ne voulait pas la perdre. Peut-être qu'il ne l'aimait pas tant que ça. Peut-être avait-il juste peur qu’elle soit heureuse ailleurs, avec un autre. Comme une chose qu'on veut garder pour soi.

Il y a deux jours, elle avait appris de la bouche d'autres nanas que Karim se comportait toujours aussi mal. Un porc n'aurait pas fait mieux. J'étais au courant. Il leur mentait à toutes. A Latifa d'abord, à qui il avait promis fidélité. Aux autres, à qui il ne disait jamais qu’il avait une chérie. Il disait seulement qu’il avait peur de l’engagement pour justifier ses hésitations. Et ça, les filles, elles adoraient. Elles aimaient sa fragilité. Elles aimaient sentir qu’il avait besoin d’elles. L’instinct maternel, sans doute...

En deux ans de relation, Latifa avait été trompée au moins une trentaine de fois. Au moins. Au minimum. Karim m’avait montré des photos, des vidéos de ses ébats amoureux. Sur le coup, c'était marrant. Et je n’avais rien dit. Je ne savais pas quoi faire. Je pensais à Latifa. A mon amie. Elle ne méritait pas un tel salopard. Au fond d’elle-même, elle l'avait toujours su. Pour Karim, les nanas étaient toutes de la chair à saucisse halal. Hier, Latifa m'avait appelé pour me demander de lui confirmer les trahisons de Karim. C'était tendu pour moi. Et après, j'ai réfléchi. Un ami qui se comportait de cette manière avec les filles et pas seulement avec mon amie, ne méritait pas mon amitié. Alors, j'ai choisi Latifa....

 

Nadir Dendoune

 

La Chronique du Tocard. Casablanca - Part Two (11-11-2014)

La chronique du Tocard. Casablanca - Part One (04-11-2014)

La chronique du Tocard. Gnoule Metal Jacket - Suite et Fin (28-10-2014)

La chronique du Tocard. Gnoule Metal Jacket (21-10-2014)

La chronique du Tocard. Portos, Aramis et Dartagnoule... (14-10-2014)

La chronique du Tocard. La vie devant Gnoule (07-10-2014)

La chronique du Tocard. Ne laissons pas Raed Abubadawia devenir le nouveau Salah Hamouri (30-09-2014)

La chronique du Tocard. Un journaliste, ça ferme sa gueule ou ça démissionne... (23-09-2014)

La chronique du Tocard. Le club de Mamad (16-09-2014)

La Chronique du Tocard. Belle de courage (09-09-2014)

La Chronique du Tocard. Avec leurs gueules de Chibanis... (02-09-2014)

La chronique du Tocard. Aux bons souvenirs du « Wind-Club »… (26-08-2014)

La Chronique du Tocard. Trouver la paix intérieure dans son propre pays (19-08-2014)

La chronique du Tocard. A deux doigts de tout lâcher (12-08-2014)

La chronique du Tocard. Ma liberté de journaliste (05-08-2014)

La chronique du Tocard. Les roquettes casher (29-07-2014)

La chronique du tocard. En direct de Palestine. Venez, on va tous à Gaza…. (23-07-2014)

La chronique du tocard. Don Quignoule (15-07-2014)

La chronique du Tocard. Un mur pour enfermer les Palestiniens (08-07-2014)

La chronique du Tocard. Vengez-Gnoules (01-07-2014)

La chronique du Tocard. Ma Baklava de Proust (24-06-2014)

La chronique du Tocard. Les Dupont Lajoie de 2014 (17-06-2014)

La chronique du Tocard. Arrête d'être para-gnoule... (10-06-2014)

La chronique du Tocard. Elsa et Salah (06-06-2014)

La chronique du Tocard. Les refoulés de Tel Aviv (03-06-2014)

La chronique du Tocard. Sois Gnoule et tais-toi (27-05-2014)

La chronique du Tocard. Dix Gnoules, une demi-Gnoule et un Allemand, en route pour la Palestine. Épisode 6, suite et fin (20-05-2014)

La chronique du Tocard. Dix Gnoules, une demi-Gnoule et un Allemand en route pour la Palestine – Episode 5 (16-05-2014)

La chronique du Tocard. Dix Gnoules, une demi-Gnoule et un Allemand en route pour la Palestine - Episode 4 (13-05-2014)

La chronique du Tocard. 10 Gnoules, une demi-Gnoule et un Allemand, en route pour la Palestine – Episode 3(11-05-2014)

La chronique du Tocard. 10 Gnoules, une demi-Gnoule et un Allemand, en route pour la Palestine - Episode 2(08-05-2014)

La chronique du Tocard. 10 Gnoules, une demi-Gnoule et un Allemand, en route pour la Palestine (06-05-2014)

La chronique du Tocard. Dans l'enfer des foyers (29-04-2014)

La chronique du Tocard. Parfois, tu te demandes comment les gens arrivent à tenir.... (15-04-2014)

La chronique du Tocard. La daube qui sent le moins fort (08-04-2014)

La chronique du Tocard. Une semaine cruelle (01-04-2014)

La chronique du Tocard. Désormais, il faudra compter avec Gnoules ... (25-03-2014)

La chronique du Tocard. Moi, maire de l'Ile-Saint-Denis ... (18-03-2014)

La chronique du Tocard. Lolo (11-03-2014)

La chronique du Tocard. Ma rencontre avec l'imam de Drancy - Part 2 (Suite et fin)  (04-03-2014)

La chronique du Tocard. Ma rencontre avec l'imam de Drancy - Part One (25-02-2014)

La chronique du Tocard. Nasser, Najia, Karim et les autres ... (18-02-2014)

La chronique du Tocard. Barbu et fier de l'être... (11-02-2014)

La chronique du Tocard. Mauritanie, Syrie, Israël ? Rien à voir et pourtant ... (04-02-2014)

La chronique du Tocard. Le plus bel hôtel du monde ... (28-01-2014)

La chronique du Tocard. Le fil à couper le Gnoule (21-01-2014)

La chronique du Tocard. Monsieur Georges Ibrahim Abdallah (13-01-2014)

La chronique du Tocard. Y'a Bons Banagnoules (07-01-2014)

 

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer