La chronique du Tocard. Le Noir

Permettez-moi, après avoir taillé un costume sur mesure à l’Arabe, au Blanc et même au Juif, malgré sa position imaginaire d’intouchable, de m’arrêter quelques instants, de manière très générale, sur le cas du plus coloré d’entre nous : le Noir.

Déjà, avant toute chose, je trouve que le Noir gagnerait en politesse s’il remerciait l’Arabe parce que c’est grâce à notre image apocalyptique, qu’il passe de plus en plus pour quelqu’un de gentil, même si le Noir, plus il est foncé, plus ses narines sont grosses, et plus il fait peur au Blanc. C’est pour cela que TF1 a préféré Harry Roselmack pour présenter le JT....

Le Noir donc, même s’il a une meilleure réputation que l’Arabe, reste en vérité le plus mal loti d’entre nous. Un Noir, qui arrive à s’en sortir avec son identité, aura toujours plus de mérite parce qu’il revient de beaucoup plus loin. C'est sans doute pour cela que certains d'entre eux ont encore du mal à se défaire de leur aliénation. Personne d'autre que lui n'a autant été animalisé. D’ailleurs, personne d’autre qu’un Noir ne se verrait offrir une banane, même pour plaisanter, surtout pour plaisanter !

Le Noir restera toujours mon frère. Pas juste un allié de circonstance. Pas juste parce que nos luttes se ressemblent. Pas simplement parce que la police, la justice, le système français lui en veut autant qu’à moi. Surtout s’il est musulman. Pas juste parce que les métis noir - arabe font les plus beaux bébés du monde ! Mais parce que son destin est amarré au mien. Je ne serais jamais cet Arabe négrophobe, comme il en existe beaucoup malheureusement « chez nous ». Un racisme primitif que l'Arabe est parti copier chez le Blanc et dont il devra très vite se défaire. En France, Arabes et Noirs sont logés à la même enseigne. Tous descendant des Indigènes du colonialisme français, tous des damnés de la terre….

Le Noir n’est pas non plus un homme parfait. Comme l’Arabe, certains Noirs croient encore que pour « avancer », il faut lécher le cul au Blanc. Quand il se marie avec une Blanche, le Noir est persuadé zarma ! qu’il a réussi sa vie ! Et quand ses enfants naissent, il pavoise avec ses bébés métis, pour lui « l’avenir de la France », parce que le Noir tout court, ne peut pas être « l’avenir de la France ».

L'homme Blanc, comme l’homme Arabe a un complexe vis à vis du Noir. Ils sont jaloux à en crever, frappés dans leur égo, dans leur pseudo-masculinité, rien qu'à imaginer que leurs « sœurs », leurs femmes pourraient prendre plus de plaisir ailleurs, sans eux. Ils sont persuadés que tous les Noirs ont des gros engins et qu'ils baisent tous comme Rocco Sifredi. A aucun moment, ils se disent que le Noir est comme tout le monde, capable de tendresse, de romantisme.

Pour la femme noire, le fossé entre les clichés et la réalité est encore plus grand. Le Blanc voie souvent en elle d’abord un objet sexuel de très haute qualité. Une femme avec peu de moralité, à la sexualité animale. Une panthère, sulfureuse et vulgaire, capable de faire l’amour dans toutes les positions stratosphériques, jour et nuit. Quand il ne la voit pas violente, ou remplie de problèmes. Elle a également forcément un gros cul de « négresse », qu’elle utilise pour manipuler les hommes à sa guise. La femme noire, qui enfante quinze bébés est animalisée constamment. Alors qu'en vrai, elle est belle, intelligente, drôle, épatante, pas casse-couilles pour deux sous ! Enfin, ça dépend, surtout quand elles achètent des produits chimiques pour éclaircir sa peau..et lisser ses cheveux !

Le problème du Noir, comme celui de l'Arabe, c'est qu'il ne croit pas encore qu’il peut tout seul changer la donne. D’ailleurs, il préférera toujours travailler avec un Blanc, plutôt qu’avec un Arabe, et vice-versa, parce que le Noir, comme l’Arabe, est persuadé de la supériorité de l’Homme Blanc.

Pourtant, le Blanc ne lui fait pas de cadeaux. Il a tellement de mal à le voir comme un intello qu’il préfère l’imaginer en sportif, humoriste, chanteur ou danseur. Le Noir préféré du Blanc est donc le Noir comique, tout souriant avec ses belles dents blanches : le « Noir Banania», « niais et inutile ». Surtout quand il se moque des siens. Pratique : le Blanc n’aura pas à le faire. En 2016, il ne peut plus se permettre ses blagues racistes d’antan qui ont accompagné autour de sa cheminée ses belles soirées d’hiver. C’est pour cela que Michel Leeb dit qu'il est trop vieux pour faire des sketchs !

Le rire, surtout le rire donc. Le Blanc pense que quand le Blanc et le Noir rient ensemble, c’est que le « bamboula » ne pense pas au passé. Voire qu'il a oublié carrément les horreurs. Parfois, quand le Noir se permet d’aborder les sujets qui fâchent, ce qui agace fortement le Blanc, il demande alors à son ami Noir de « dépasser » la traite négrière et l’esclavage, un peu comme il est demandé aux Algériens d’oublier la colonisation. Ça ne lui viendrait jamais à l’idée de demander aux Juifs de « dépasser » la Shoah ! La Blanc a peur du Juif parce que le Juif est décomplexé, lui !

Une autre catégorie de Noir que le Blanc apprécie beaucoup, c'est le Noir artiste. Comme Omar Sy, « personnalité préférée des Français », qui cumule, comédien et rigolo, malgré sa peau très foncée et ses grosses lèvres « d'homme africain pas suffisamment entré dans l’Histoire », un profil qui, a priori, aurait pu rebuter le Blanc. Omar Sy, l'élite le kiffe de plus en plus, surtout quand il n’a pas toutes les informations sur ce qu’il se passe en Palestine : le sujet tabou par excellence, qu’aucun Noir (ou Arabe) n’ose aborder.

Côte chanteur : le Blanc adore en premier lieu Oxmo Puccino. Plus vraiment rappeur, le Blanc le remercie pour la douceur de ses textes. Il déteste les paroles violentes, surtout quand il est pointé du doigt. Il paraît que c’est pour cette raison qu'Oxmo Puccino a une carte d'abonnement illimitée à France Inter. Le Blanc a un peu plus de mal avec Kery James, converti à l'islam, donc forcément suspect, sauf quand le Blanc s’en sert pour buzzer. Il a encore plus de mal quand le rappeur du 9-4 lui chante sa « Lettre à la République ». 

Le Noir sportif a également tous les égards du Blanc, de la République. Le Noir athlétique, fort. Celui qui lui fait gagner des médailles. Il lui rappelle le Noir de l'exposition coloniale : tout en muscle, donc forcément sans cervelle. Il sait surtout que son salaire et ses contrats publicitaires sont l’assurance (comme pour tous les autres sportifs) qu’il fermera sa gueuIe et ne revendiquera jamais quoique ce soit. Un peu comme le gentil « nounours » Teddy Riner. Le Blanc se méfie parfois du Noir boxeur : il se dit qu’il pourrait un jour lui cogner dessus, voire le mordre, comme l'avait fait une fois Mike Tyson dans l'un des ses combats. Par le passé, il a eu également très peur de Mohamed Ali...

Même parmi les Noirs, tout n'est pas un long fleuve tranquille. Les Antillais, surtout ceux qui sont restés trop longtemps en métropole, que certains raillent en appelant "Negropolitains", sont parfois impitoyables avec leurs frères africains. Ils en ont même parfois honte. Ils sont tellement fiers d’être Français qu’ils en oublient leur négritude.

Depuis quelques années, le Blanc, pour essayer de se déculpabiliser, pour trouver des arguments à sa barbarie, mais aussi pour  diviser Noirs et Arabes (Ça marche: de plus en plus de Noirs en veulent aux Arabes) rappelle « le passé négrier » des Arabes. Ils tentent de faire oublier ainsi que ce sont eux qui ont esclavagisé à grande échelle les Noirs, en mode capitaliste, pour se faire un max de pognon. Et aussi pour servir leur idéologie raciste. Comme le racisme anti-musulman-arabe et le racisme anti-noir se produisent en même temps en France (le Noir peut lui aussi être parfois musulman), nous avons plutôt intérêt à ne pas tomber dans le panneau et à continuer à lutter ensemble....

Nadir Dendoune

La chronique du Tocard. Le Juif (11-10-2016)

La chronique du Tocard. Le Blanc. (04-10-2016)

La chronique du Tocard. Le Bougnoule (27-09-2016)

La chronique du Tocard. A l’école de la République (13-09-2016)

La chronique du Tocard. La Chambre 112 (30-08-2016)

La chronique du Tocard. Madame la France (23-08-2016)

La chronique du Tocard. La communautarisation des chagrins (16-08-2016)

La chronique du Tocard. Voleur un jour... (09-08-2016)

La chronique du Tocard. L’école arabe (02-08-2016)

La chronique du Tocard. Inchallah, tu vas guérir (26-07-2016)

La chronique du Tocard. Mes souvenirs de colos (19-07-2016)

La chronique du Tocard. L'opium du peuple (12-07-2016)

La chronique du Tocard. Je t’aime moi non plus (05-07-2016)

La chronique du Tocard. L’ascenseur de madame Dendoune. (28-06-2016)

a chronique du Tocard. Les ramadans de ma mère (20-06-2016)

La chronique du Tocard. L’homophobie n’a pas de religion (14-06-2016)

La chronique du Tocard. De l'eau du robinet seulement (07-06-2016)

La chronique du Tocard. La tête de mon père (31-05-2016) 

La chronique du Tocard. Nos rêves de pauvres (24-05-2016) 

La chronique du Tocard. Coup de foudre à Ighil Larbaa (17-05-2016)

La chronique du Tocard. Maurice Sinet (10-05-2016)

La chronique du Tocard. L'Humanité et les épluchures de ma daronne (03-05-2016)

La chronique du Tocard. Pour une poignée de dinars (26-04-2016)

La chronique du Tocard. Bandougou (19-04-2016)

La chronique du Tocard. Ma cité Maurice Thorez (12-04-2016) 

La chronique du Tocard. Le premier Skype avec ma daronne (05-04-2016)

La chronique du Tocard. Le sherpa blanc (29-03-2016) 

La chronique du Tocard. Les silences de ma mère (22-03-2016)

La chronique du Tocard. Nous les Juifs, on a rien demandé. (15-03-2016)

La chronique du Tocard. Bwana est mort, vive Bwana (08-03-2016)

La chronique du Tocard. Lolo (01-03-2016)

La chronique du Tocard. A deux doigts de tout lâcher (23-02-2016)

La chronique du Tocard. La revanche (16-02-2016)

La chronique du Tocard. Les lettres de Mohand Arezki (09-02-2016)

La chronique du Tocard. L'absent (02-02-2016)

La chronique du Tocard. Elsa et Salah (26-01-2016)

La chronique du Tocard. Amal (19-01-2016)

La chronique du Tocard. La dernière séance (12-01-2016) 

La chronique du Tocard. Aïcha, notre pépite. (05-01-2016) 

La chronique du Tocard. L'école de la République (29-12-2015)

La chronique du Tocard. Le jour où j'ai commencé à lire (22-12-2015)

La chronique du Tocard. L'indulgence (15-12-2015)

La chronique du Tocard. « Sale Français ! » (08-12-2015) 

La chronique du Tocard. La poésie de maman (01-12-2015)

La chronique du Tocard. Sabrina… (24-11-2015)

La chronique du Tocard. Chaque fois un peu moins (17-11-2015)

La chronique du Tocard. Bûche (10-11-2015)

La chronique du Tocard. Les mots comme les oiseaux (03-11-2015)

La chronique du Tocard. Des trous de souvenirs (27-10-2015)

La chronique du Tocard. Les larmes de Shaina (20-10-2015)

La chronique du Tocard. Mon frère (13-10-2015)

La chronique du Tocard. Le regard des siens (06-10-2015)

La chronique du Tocard. Son petit Gnoule à elle (29-09-2015)

La chronique du Tocard. Les 60 piges de ma frangine (22-09-2015)

La chronique du Tocard. L'amour Fakebook (15-09-2015)

La chronique du Tocard. Quand le cœur déménage… (08-09-2015)

La chronique du Tocard. De se cogner mon coeur doit prendre son temps (01-09-2015)

La chronique du Tocard. Lou Bric Bouchet mon amour (25-08-2015)

La chronique du Tocard. L'amour en voyage (18-08-2015)

La chronique du Tocard. Le bordel de ma vie (11-08-2015)

La chronique du Tocard. Patrick Dendoune (04-08-2015)

La chronique du Tocard. La femme est un homme comme les autres (28-07-2015) 

La chronique du Tocard. Une bouteille à la Seine (21-07-2015) 

La chronique du Tocard. Sans son Gnoule (14-07-2015)

La chronique du Tocard. L'amour à travers le Mur - Suite et fin (07-07-2015)

La chronique du Tocard. Baumettes et des lettres (30-06-2015)

La chronique du Tocard. La maison de mon daron (23-06-2015)

La chronique du Tocard. Quand le temps des cerises kabyles n'est plus … (16-06-2015)

La chronique du Tocard. Les ex sont des mariées comme les autres (02-06-2015)

La chronique du Tocard. Né sous le signe du Tocard (26-05-2015)

La chronique du Tocard. L’amour à travers le Mur (19-05-2015)

La chronique du Tocard. Ma dixième première fois en Palestine (12-05-2015)

La chronique du Tocard. Une femme dans toute sa splendeur.... (05-05-2015)

La chronique du Tocard. La chance d'être toujours là (28-04-2015)

La chronique du Tocard. Touche pas à mon Parc  (14-04-2015)

La chronique du Tocard. L’ascenseur de madame Dendoune. (28-06-2016)

a chronique du Tocard. Les ramadans de ma mère (20-06-2016)

La chronique du Tocard. L’homophobie n’a pas de religion (14-06-2016)

La chronique du Tocard. De l'eau du robinet seulement (07-06-2016)

La chronique du Tocard. La tête de mon père (31-05-2016) 

La chronique du Tocard. Nos rêves de pauvres (24-05-2016) 

La chronique du Tocard. Coup de foudre à Ighil Larbaa (17-05-2016)

La chronique du Tocard. Maurice Sinet (10-05-2016)

La chronique du Tocard. L'Humanité et les épluchures de ma daronne (03-05-2016)

La chronique du Tocard. Pour une poignée de dinars (26-04-2016)

La chronique du Tocard. Bandougou (19-04-2016)

La chronique du Tocard. Ma cité Maurice Thorez (12-04-2016) 

La chronique du Tocard. Le premier Skype avec ma daronne (05-04-2016)

La chronique du Tocard. Le sherpa blanc (29-03-2016) 

La chronique du Tocard. Les silences de ma mère (22-03-2016)

La chronique du Tocard. Nous les Juifs, on a rien demandé. (15-03-2016)

La chronique du Tocard. Bwana est mort, vive Bwana (08-03-2016)

La chronique du Tocard. Lolo (01-03-2016)

La chronique du Tocard. A deux doigts de tout lâcher (23-02-2016)

La chronique du Tocard. La revanche (16-02-2016)

La chronique du Tocard. Les lettres de Mohand Arezki (09-02-2016)

La chronique du Tocard. L'absent (02-02-2016)

La chronique du Tocard. Elsa et Salah (26-01-2016)

La chronique du Tocard. Amal (19-01-2016)

La chronique du Tocard. La dernière séance (12-01-2016) 

La chronique du Tocard. Aïcha, notre pépite. (05-01-2016)

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard au Trib'. Au Palais de Libreville : "Tu dois mettre le sachet"

    J'ai décidé d'aller parfois au tribunal. Une belle manière de raconter autrement un pays. Me voici au Gabon, à Libreville, deux fois moins grand que la France, peuplé seulement d'un million et demi d'h...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

Advertisement