France. La Nuit de la poésie s’exporte

Nuit de la Poésie, du 11 au 12 novembre 2017 à l'IMA, à Paris, avec (de gauche à droite) Charles Berling, Abdellâtif Laâbi, Dominique Blanc, Mehdi Haddab et Camélia Jordana.

En mémoire des attentats du 13 novembre 2015, l’Institut du monde arabe organise la 2e Nuit de la poésie. Outre Paris, elle résonnera cette année dans 9 villes du monde arabe.

C’est un événement culturel qui va durer tout le week-end, il est organisé avec la Maison de la Poésie, et dans le cadre du festival « Paris en toutes Lettres ». L’an dernier, plus de 3 000 personnes y avaient assisté.

Un nombre qui va nécessairement croître puisque, pour la 1ère fois cette année, la « Nuit de la poésie » aura également lieu dans neuf villes du monde arabe : Khartoum, Beyrouth, Tunis, Fès, Alger, Constantine, Djeddah, Doha, Riyad. Par exemple, à Fès, l’Institut français va décliner la Nuit de la poésie autour de sa traduction.

La soirée de demain, samedi, s’ouvrira par une table ronde autour du thème « Pourquoi traduire de la poésie en temps de détresse ? ». Puis se poursuivra par la déclamation de poèmes par des élèves de l’école française de Fès pour s’achever sur un récital de poésie avec la présence de Florence Pazzottu, Jalal Elhakmaoui, Nizar Kerboute ou encore Soukaina Habiballah.

Rencontres audacieuses

A Paris, une cinquantaine d'artistes, dont la chanteuse Camélia Jordana, les comédiens Charles Berling, Dominique Blanc et Norah Krief, l’auteur-compositeur Mehdi Haddab ou encore le poète Abdellâtif Laâbi, se produiront ce week-end. Il y aura donc des poètes bien sûr, mais également des comédiens, musiciens, rappeurs, danseurs, circassiens… « tous venus conjuguer leurs sensibilités à travers des rencontres audacieuses : la flûtiste et le rappeur, le poète et le graphiste… ».

Chloé Juhel

Nuit de la Poésie : du 11 au 12 novembre 2017, de 19H au lever du soleil à 7H55, à l'Institut du monde arabe, à Paris.

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer