Palestine.La résistance par l'assiette

Home cooking / Rania - Facebook : https://www.facebook.com/LesPtitsPlatsPalestiniensDeRania/ - Site : https://lesptitsplatspalestiniensderania.wordpress.com/. Crédit photo : Gérard Pauchet

Depuis ce vendredi 3 février 2017, Rania, française de parents palestiniens, n'enseigne plus au collège de Drancy (93). Mais c'est son choix. Cette trentenaire, née à Paris, qui habite Saint-Denis depuis trois ans, a décidé de tout lâcher pour aller au bout de ses rêves et de ses envies. Un choix plus que courageux pour cette maman qui élève seule ses trois enfants.

Rania veut faire connaître au plus grand nombre la cuisine palestinienne en proposant des plats aux particuliers. En mode traiteur donc. Rania se déplace pour tous types d'événements : mariages, anniversaires, soirées à domicile... Mais elle organise aussi des ateliers cuisine

"Je propose mes services mais je partage aussi mes recettes. Parce que le partage de la cuisine palestinienne est importante. Surtout dans le monde francophone où elle est quasi inexistante",  insiste Rania. 

D'ailleurs, son site (https://lesptitsplatspalestiniensderania.wordpress.com/) est le seul à ce jour en langue française dédié à la cuisine palestinienne.

Comme Rania n'a pas de local, elle prépare tous les plats de chez elle. "Ça demande une organisation un peu spéciale mais pour l'instant, je m'en sors bien", détaille la jeune femme.

"Ce n'est pas qu'un moyen de gagner sa vie, tient-t-elle à préciser d'emblée. C'est surtout un acte militant, une suite logique à mes engagements pour une Palestine libre", clame-t-elle.

Rania est née dans le 14 ème arrondissement. Elle a grandi à Montmartre, entre Barbes et la station Anvers. "Je me suis toujours sentie profondément palestinienne. Gamine, j'allais aux manifs avec mes parents". Son père, couturier-tailleur, vient de Jaffa, sa mère, assistante maternelle, est de Jérusalem. Une partie de la famille de Rania est originaire d'un camp de réfugiés en Jordanie. 

"Faire découvrir la nourriture palestinienne est un autre moyen de parler de mon pays, de ma famille, surtout depuis que ma grand-mère est morte", dit-t-elle encore.

Sa grand-mère justement, Rania se rappelle encore très bien d'elle. Gamine, elle était toujours fourrée dans ses jupes. "Je la regardais émerveillée préparer les repas. C'est elle, entre autre, qui m'a appris à cuisiner. En fait, c'est aussi grâce à toutes les femmes de ma vie, à savoir, ma mère, mes tantes, mes cousines...".

Le déclic pour Rania a lieu en Jordanie où elle part vivre. Un voyage de sept ans, entre  2006 et 2013, qui la rapproche encore plus de sa culture palestinienne. "Là-bas, la vie est rythmée par la nourriture. Pour chaque événement, nous avons un plat particulier. Pour les mariages, comme pour les enterrements, pour le ramadan ou pour l'Aïd. Le vendredi est un jour spécial, même si on s'engueule, on se réunit toujours autour d'un repas". 

De retour à Paris, Rania se rend compte que la capitale ne compte  aucun restaurant palestinien. "Pour lutter contre l'oubli, il est important de parler autant que possible de notre culture. La nourriture en fait partie : il s'agit de notre héritage", martèle-t-elle. 

Rania commence alors à publier sur sa page Facebook des photos de plats qu'elle a concoctés. La sauce prend et Rania décide alors de créer une page pour proposer ses services. Du home cooking. Nous sommes en juillet 2015. Le bouche à oreille et les encouragements font le reste. 

"Comme ça marchait pas mal, j'ai franchi le pas et j'ai décidé de faire de ma passion, un vrai métier", balance-t-elle heureuse. 

"Pour lutter, certains ont choisi le cinéma, la peinture, ou la littérature, moi j'ai choisi la cuisine", lâche-t-elle. "La résistance dans l'assiette", comme aime le répéter Rania.

"Surtout à un moment où nos plats sont de plus en plus accaparés par les Israéliens", continue Rania. "Ils font croire que le hummus, le falafel, ou le makloubeh (riz renversé à la viande ou au poulet avec des aubergines et des pommes de terre) sont des plats de chez eux alors qu'ils viennent de chez nous !", rappelle avec fierté Rania.

Au retour des vacances, la jeune femme n'ira donc plus dans son collège où elle aimait tant enseigner l'anglais à ses élèves. Rania sait qu'elle prend des risques avec cette nouvelle aventure.

"Ça n'est jamais simple de changer de route, admet-elle, mais si je ne le fais pas maintenant je ne le ferai jamais" répète - elle de sa voix douce, presque pour se persuader qu'elle a pris la bonne décision. "En plus, c'est pour la bonne cause", dit- elle avec évidence.

Ses trois enfants, toujours fourrés avec elle dans la cuisine et qui sont déjà prêts à prendre la relève, ne diront pas le contraire...

Nadir Dendoune

Pour joindre Rania, en plus du site, voici sa page Facebook : https://www.facebook.com/LesPtitsPlatsPalestiniensDeRania/
Et son Instagram : les_ptits_plats_palestiniens

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard au Trib'. Francesca : "Leur liberté, c'est ma liberté"

    J'ai décidé d'aller parfois au tribunal. Une belle manière de raconter autrement la France. La Chronique du Tocard devient donc de temps en temps La chronique du Tocard au Trib'. Voici l'épisode 1. Au Palais ...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito