Algérie-Tunisie.La taxe de la discorde

 

Nombre d’habitants de Tebessa, wilaya limitrophe de la Tunisie, organisent depuis quelques semaines des actions de protestations au niveau des postes frontaliers de leur wilaya pour exiger des autorités algériennes de faire payer aux ressortissants tunisiens se rendant en Algérie une taxe similaire à celle imposée par le gouvernement tunisien aux Algériens. 

 

Des Algériens de la bande frontalière algéro-tunisienne ne décolèrent toujours pas. Selon le journal arabophone AkherSaa, paraissant à Annaba, à l’est du pays, nombre de citoyen de la wilaya de Tebessa ont fermé dans la matinée d’hier le point de passage frontalier de Ras El Ayoune à Ain Zerga dans la wilaya de Tebessa, empêchant ainsi des automobilistes tunisiens de se rendre en Algérie.

Dans les semaines précédentes, de semblables actions de protestationont été organisées au niveau du poste de passage de Betita, dans la commune de Bir El-Ater, à plus de 90 km au sud de Tébessa. En vain. Les protestataires veulent forcer la main aux autorités  algériennes afin d’appliquer le principe de réciprocité aux Tunisiens qui se rendent en Algérie,faute de pouvoir convaincre les autorités tunisiennes d’annuler  la taxe de 30 Dinars tunisiens, 2200 dinars algériens environ, aux ressortissants algériens quittant le territoire tunisien.

Il faut dire que cette taxe est fort pénalisante pour beaucoup d’Algériens vivant dans les wilayas frontalières de la Tunisie (El Tarf, Souk Ahras, Tébessa, El Oued) qui, pour une raison ou une autre, se rendent plusieurs fois dans la même journée sur le territoire tunisien.

D’autre part, la réticence du gouvernement tunisien à mettre fin à cette taxe peut s’expliquer par son souci de ne pas s’aliéner une manne financière alors que le pays est confronté à de grandes difficultés économiques. Chaque année près de 1,5 million d’Algériens se rendent chaque année en Tunisie et la taxe de la discorde rapporte ainsi au trésor tunisien pas moins de 45 millions de dinars tunisiens.

Yacine Ouchikh

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

Advertisement