France.Le nouveau programme de Cyril Lignac, "Le chef en Israël" déjà controversé

L'histoire ne dit pas si les légumes cuisinés par Cyril Lignac lors de son séjour en Israël étaient issus ou non des terres expropriés aux Palestiniens ! En service commandé pour M6 et Téva, le très médiatique chef français étoilé, est allé à Jérusalem en juin dernier pour tourner un programme intitulé "Le chef en Israël", qui sera diffusé ce lundi 4 septembre et jusqu'au vendredi 29 septembre, vers 20h20 sur M6, vers 20h35 sur Téva.

Décliné du format à succès "Le Chef en France", le programme court, parrainé par l’Office de Tourisme d’Israël, comme l'indique le site de M6, "invite les téléspectateurs à suivre le road-trip culinaire de Cyril Lignac à travers 15 épisodes d’une minute". 

"Cyril Lignac part à la découverte de spécialités gastronomiques du pays à l’image du Houmous ou du Krembo, de savoir-faire culinaires mais aussi de personnalités attachantes de Jérusalem à Tel-Aviv en passant par le désert de Néguev", apprend-on encore sur le site de la désormais "chaîne préférée des Français"...

Bien entendu, rien sur l'occupation, la colonisation de la Palestine. A croire que tout va bien en Israël...

Cyril Lignac a donné une interview à "Happy Tel Aviv", site francophone qui se définit comme un "média nouvelle génération qui capte les tendances de la ville blanche et les diffuse de manière visuelle et sélective". Le chef y fait l'éloge de son premier voyage en Israël. Une vidéo qui a indigné beaucoup d'Internautes. 

Parmi les nombreuses protestations sur les réseaux sociaux, la lettre de Rania, traiteur en gastronomie palestinienne, créatrice du site internet "La résistance par l'assiette", publiée sur Facebook nous a particulièrement interpellé. Elle avait déja été partagée plus de 3000 fois ce dimanche 3 septembre. La voici dans son intégralité. 

"Cher Cyril Lignac,

Je t'écris car depuis deux jours, on ne cesse de m'interpeller par rapport à la vidéo que tu as faite lors de ton voyage à Tel Aviv.

Je m'appelle Rania, française originaire de Palestine (de Jérusalem et de Jaffa) et je suis traiteur de cuisine palestinienne et créatrice du blog Les ptits plats palestiniens de Rania.

Tu ne me connais sûrement pas, sinon, tu aurais sûrement évité de parler de gastronomie israélienne dans cette fameuse vidéo. 

Soit. J'apprécie ton travail et ton évolution depuis des années, de même que ceux qui m'ont signalé ta vidéo, c'est pour cela que, d'une part, je prends la peine de t'écrire, et que d'autre part, je vais prendre la peine de t'expliquer certaines choses notamment pourquoi tu as provoqué tant de déception. 

Le pays que tu as décidé de visiter, cher Cyril, n'est pas n'importe quel pays. 

Afin d'éviter de faire un long cours d'histoire et de géopolitique, je vais faire simple. Très simple.

Israël est un pays créé en 1948, au dépend d'un peuple qui était déjà sur cette terre, les Palestiniens et qui ont été pour une grande majorité chassés de leur terre.

Les Palestiniens se sont retrouvés, d'un coup, réfugiés dans les pays alentours ou dans des pays plus éloignés.

D'autres Palestiniens, sont restés malgré les spoliations de leurs terres, accrochés coûte que coûte à leurs oliviers millénaires, d'où coule la célèbre huile d'olive palestinienne. Ceux là, se trouvent en Cisjordanie et à Gaza (entre autre, comme je te l'ai dit, je vais faire très bref).

Israël est un pays qui s'est créé sur la colonisation de terres qui ne lui appartenaient pas et qui continue à construire et à s'installer illégalement sur des terres qui ne lui appartiennent pas, tout en faisant fi du droit international et des résolutions de l'ONU.

Ces fameuses terres appartiennent à l'autre peuple qui habite là-bas, et ce, depuis toujours, c'est à dire avant même la création d'Israël : le peuple Palestinien.

Et c'est là que c'est embêtant cher Cyril.

Parce que lors de ton voyage, tu ne prends même pas la peine de rencontrer des palestiniens ni de découvrir leur cuisine, bref... tu les ignores.

Déjà, ça, c'est pas sympa.

Mais ce qui a offusqué les personnes qui m'ont interpellé, c'est ta description de la cuisine israélienne.

Oui, cette cuisine est emprunte de la cuisine du Maghreb et des pays "alentours" (donc de la Jordanie, de la Syrie, du Liban, qu'on appelle aussi le Levant ou le Mashrek).

Mais elle s'inspire SURTOUT, de la cuisine palestinienne, de la cuisine du peuple qu'elle a colonisé.

Et si seulement cela se limitait à de la simple inspiration... Mais non cher Cyril, cela ne se limite pas à cela. 

Ce que fait Israël avec la cuisine est dans la continuité du schéma du colonisateur qu'il est: après l'appropriation des terres palestiniennes, de la culture palestinienne, c'est l'appropriation de la cuisine palestinienne. 

En clair: un processus d'invisibilisation et de négation de l'existence même du peuple Palestinien. 

Le hommous que tu as goûté n'est pas israélien mais palestinien. Il en est de même de toutes les épices et de la majorité des mets que tu as pu goûter là-bas. 

Mais tu n'as pu le remarquer, toi qui es resté là où on t'a invité et qui n'a même pas eu la curiosité de rendre visite aux superbes restaurants côté palestiniens de Jérusalem. 

Ah oui! Je précise que Jérusalem n'est pas une ville israélienne. Enfin pas complètement...

Donc, avec tout ça, je suis triste de t'annoncer que tu participes à la propagande israélienne qui consiste à normaliser le processus de colonisation en enjolivant la réalité et en niant la vérité historique, politique et culturelle.

Et ça, malgré toute l'admiration que j'ai pour ton travail, c'est pas rien.

Je reste à ta disposition si tu souhaites découvrir les joyaux de la cuisine palestinienne et aussi, te montrer comment utiliser la crème de sésame (qu'on appelle tahina et non pas thina. On t'a mal soufflé :) ).

Palestinement,
Rania ✌
#LaResistanceDanslAssiette"

Nadir Dendoune

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer