France.Le policier responsable de la mort d'Amine Bentounsi et qui avait été acquitté sera rejugé 

Croquis d'audience au tribunal de Bobigny (15-01-2016) : Portrait de Damien Saboundjian. le policier responsable de la mort d'Amine Bentounsi. Crédit image : ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO

 

Le policier responsable de la mort d'Amine Bentounsi, survenu à Noisy-le-Sec le 21 avril 2012, sera rejugé. Le parquet général de Paris a décidé de faire appel de son acquittement.

 

Ce gardien de 37 ans, originaire de La Tronche, une banlieue de Grenoble, avait été acquitté, vendredi 15 janvier, de toutes les charges qui pesaient contre lui. Il était poursuivi devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis (Bobigny), pour avoir tué d'une balle dans le dos, en avril 2012 à Noisy-le-Sec, Amine Bentounsi, 28 ans à l’époque des faits, recherché pour ne pas être rentré de permission.

L'avocat général Loïc Pageot, avait réclamé une peine de 5 ans avec sursis assortie de mesures de soins. Il avait aussi demandé aux jurés d'interdire à Damien Saboundjian d'exercer le métier de fonctionnaire de police. Enfin, l'avocat général avait réclamé la suspension de son port d'arme pour 5 ans, le maximum autorisé par la loi. Les jurés n'avaient pas suivi le réquisitoire de l’avocat général.

La cour avait estimé que Damien Saboundjian avait agi en état de légitime défense et qu'il n'était donc pas responsable pénalement de la mort d'Amine Bentounsi.

La soeur de la victime a exprimé sa satisfaction. "C'est une bonne chose que Damien Saboundjian soit rejugé. J'ai espoir que justice soit rendue à notre famille", a dit la voix remplie d'émotion Amal Bentounsi.

Sur Facebook, Alliance 93, un syndicat de policiers, mécontents de la décision du parquet parle "d'achaement judiciaire". "Nous témoignons notre soutien à notre collègue. Nous continuerons à te soutenir dans cette épreuve et nous serons présent au moment de l'appel", promet Alliance 93.

Nadir Dendoune

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Des larmes sur commande

    Mon conseil de discipline avait lieu ce lundi à 16h pétantes et je risquais perpète. En jeu, mon exclusion définitive de ce lycée de Saint-Ouen où je me sentais plutôt bien, en famille au milieu de tous c...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

Advertisement