Littérature. Le prix des Cinq Continents de la Francophonie décerné au Tunisien Yamen Manai

L’écrivain tunisien Yamen Manai a reçu mercredi matin le Prix des Cinq Continents des mains d’Adama Ouane, l’Administrateur de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). La remise des prix, qui a eu lieu au Pavillon d’honneur de la Foire du livre de Francfort « Francfort en français », récompense l’auteur pour son roman « L’Amas ardent » aux éditions Elyzad (Tunis).

Un Tunisien succède à la Tunisienne Fawzia Zouari (« Le Corps de ma mère » en 2016) au palmarès du prestigieux Prix des Cinq Continents, qui récompense chaque année une œuvre littéraire francophone.

Né en 1980 à Tunis, Yamen Manai vit à Paris. Ingénieur, il travaille sur les nouvelles technologies de l’information. Son premier roman, « La Marche de l’incertitude » (Elyzad poche, 2010), a reçu en Tunisie le prix Comar d’Or, en France le prix des Lycéens Coup de Cœur de Coup de Soleil. Son deuxième livre, « La Sérénade d’Ibrahim Santos » (Elyzad, 2011), a été finaliste du prix des Cinq continents de la Francophonie. Il a obtenu le prix Biblioblog, le prix de la Bastide du Salon du Livre de Villeneuve-sur-Lot et le prix Alain-Fournier. Il a été traduit en Allemagne (Austernbank verlag).

Avec « L’Amas ardent », l’auteur nous emmène dans « une fable aux accents voltairiens », selon Paula Jacques, Présidente du Jury du Prix. « Avec humour et une écriture limpide, l’auteur nous en apprend davantage sur les pulsions meurtrières des fous de Dieu que bien des discours » a-t-elle ajouté lors de l’annonce du lauréat le 6 octobre.

Un prix au rayonnement international

Doté d’un montant de 10.000 euros, le Prix des cinq continents, créé, en 2001, permet de mettre en lumière des talents littéraires reflétant l’expression de la diversité culturelle et éditoriale en langue française sur les cinq continents. Ce prix permet également d’offrir à l’auteur(e) un rayonnement international. Le lauréat bénéficiera d’un accompagnement promotionnel pendant toute une année, l’OIF assurant sa participation à des rencontres littéraires, foires et salons internationaux identifiés de commun accord avec lui.

Résumé :

« Aux abords de Nawa, village de l’arrière-pays, le Don, apiculteur, mène une vie d’ascète auprès de ses abeilles, à l’écart de l’actualité. Pourtant, lorsqu’il découvre les corps mutilés de ses “filles”, il doit se rendre à l’évidence : la marche du monde l’a rattrapé, le mettant face à un redoutable adversaire. Pour sauver ce qu’il a de plus cher, il lui faudra conduire son enquête dans une contrée quelque peu chamboulée par sa toute récente révolution, et aller chercher la lueur au loin, jusqu’au pays du Soleil-Levant. »

Rached Cherif

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito