Casablanca.Maroc : lancement de 26 investissements industriels dans le secteur de l'automobile

Le roi du Maroc Mohammed VI, assiste à la cérémonie de signature d'accords d'investissements industriels entre le Maroc et les principaux constructeurs automobiles français, au Palais royal de Casablanca, le 11 décembre 2017. FADEL SENNA / AFP

Le roi Mohammed VI, a présidé, lundi 11 décembre à Casablanca, la cérémonie de lancement de 26 investissements industriels dans le secteur de l’automobile, d’un montant global de 13,78 milliards de dirhams (MMDH).

Ces nouveaux investissements  concernent  la production de jantes en aluminium, de tableaux de bord, de pare-chocs, de sièges ou encore de boîtiers électromécaniques. Sur les 26 investissements, six projets s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de l’Ecosystème Renault qui développe une plateforme mondiale d’approvisionnement depuis le Royaume. Grâce à la structuration de cet écosystème d’envergure, le constructeur s’approvisionne actuellement en pièces usinées à hauteur d’un milliard d’euros par an à partir du Maroc et atteint un taux d’intégration locale de 55%.

Treize investissements seront réalisés dans le cadre de l’Ecosystème PSA Peugeot qui impulse un nouveau développement pour l’ensemble de la filière et participe à faire émerger un pôle industriel d’excellence à Kénitra. Cinq autres investissements s’inscrivent dans le cadre des activités de l’Ecosystème “câblage et connectique”, lancé en octobre 2014 et enfin deux investissements se déploieront dans le cadre de l’Ecosystème Valeo.

Ces écosystèmes ont permis la création de plus de 80.597 emplois, soit 90% de l’objectif à horizon 2020. Ils ont généré en 2016, un chiffre d’affaires à l’export de 60 milliards de dirhams, soit une hausse de 50% par rapport à 2014.

Pour Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, « les 26 investissements lancés dans l’automobile introduisent de nouvelles spécialisations au Maroc, renforcent l’intégration locale, densifient le tissu productif, répondent à un besoin jusque-là comblé par l’import et généreront 11.568 emplois directs ».

Le secteur de l’industrie automobile au Maroc a connu durant ces dernières années un développement considérable grâce notamment au plan d’accélération industrielle, lancé en avril 2014, ainsi que les mesures d’accompagnement prises, en matière de formation, pour une mise en œuvre optimale de cet ambitieux plan.

Pour rappel, le groupe Renault a ouvert en 2012 sur la zone franche de Tanger, sa plus grande usine d’Afrique avec 1,1  milliard d’euros investis et 7. 000 employés. PSA a pour sa part démarré la construction d’une usine à Kenitra, où 90.000 véhicules doivent être produits annuellement à partir de 2019, avec un taux d’intégration d’au moins 60%.

Samedi 9 décembre, le géant chinois BYD avait signé un accord pour l’installation d’une usine de voitures électriques près de Tanger. Un protocole d’accord avec BYD prévoit également la construction à terme de trois autres usines (batteries électriques, bus et camions électriques, trains électriques).

Mohamed El Hamraoui

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer