France. Procès Saboundjian-Bentounsi - Portrait du policier responsable de la mort d’Amine Bentounsi

Funérailles d'Amine Bentounsi, abattu d’une balle dans le dos, par le gardien de la paix, Damien Saboundjian, en avril 2012 à Noisy-le-Sec. Le procès a commencé le 11 janvier 2016, aux assises de Bobigny. MEHDI FEDOUACH / AFP

 

Au fil de la journée, Damien Saboundjian, gardien de la paix, dans la police depuis 2000, a perdu un peu de la sérénité qu'il affichait en début d'audience. Ce lundi 11 janvier 2016, il est arrivé à l'heure, lui qui a un problème avec la "ponctualité", à 9h, à la Cour d’assises de Bobigny, l'air confiant, soutenu par ses collègues venus en masse au tribunal. 

 

Damien Saboundjian, pas tout à fait 37 ans, il fait beaucoup plus, est un colosse : il doit mesurer un peu plus d'un mètre 90, doit peser plus de 100 kg. Il est taillé comme une armoire à glace, un corps qu'il entretient "grâce à la musculation". "Un de ses seuls loisirs", avoue-t-il. Avant d'ajouter : "Je fais aussi du ski de piste depuis l'âge de 6 ans".

Il est poursuivi pour « violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique ». Il s'en sort plutôt bien. Responsable de la mort d'Amine Bentounsi, abattu d’une balle dans le dos en 2012, il devait répondre devant la justice pour « homicide volontaire ». Le chef d'accusation a été par la suite revu à la baisse. 

Damien Saboundjian est né en France. Ses parents sont arméniens. Son avocat insiste sur le fait qu'il est "très impliqué dans cette communauté", histoire de le rendre sympathique aux yeux des jurés. 
Damien Saboundjian est originaire de La Tronche, une banlieue de Grenoble. On ose le jeu de mots en disant qu'il n'est pas vraiment une "lumière". Avant de devenir flic, il a été pâtissier. "J'ai raté le CAP deux fois à cause du chocolat", avoue-t-il à la barre. Il a surtout fini au concours de police à la 1100 énième position... sur un total de 1200 inscrits, "un bon classement", ose-t-il dire au président.  

Résultat : mal classé. Il ne peut pas choisir son affectation et se retrouve là où personne ne veut aller, à Bobigny, dans le 93. Pas n'importe où mais dans le même tribunal où il est aujourd’hui. Il est chargé d'emmener les détenus en prison. Ce n'est qu'en 2009 qu'il commence à travailler pour le commissariat de Noisy-le-Sec.  

A l'audience, on apprend qu'il est bien noté par ses supérieurs. " Devant les tribunaux, ils le sont tous", raille un journaliste, habitué des procès. Un "bon classement" à mettre en perspective puisqu'on 
apprend quelques instants plus tard de la bouche d'un officier de la police des polices que le prévenu est un "fonctionnaire moyen", "courageux mais qui manque de rigueur et d'esprit d'initiative". Il doit aussi faire des efforts pour être "ponctuel".

L'initiative, il n'en a pas manqué le 21 avril 2012.  Alors que ses quatre collègues sont partis à la poursuite d'Amine Bentounsi, lui, est resté dans la voiture. Amine réussit à fausser compagnie à la police mais Damien Saboudjian contourne le pâté de maisons et tombe nez-à-nez avec Amine. Des coups de feu retentissent : quatre balles sont tirées par le gardien de la paix et Amine Bentounsi tombe face contre terre touché par l'une d'entre elles dans le bas du dos

Pendant plusieurs mois, les collègues du gardien de la paix, fontbloc derrière leur partenaire, affirmant avoir tout vu. Pressé par l'IGS, la police des polices, ils reviendront sur leurs propos. Au final, ils n’ont rien vu.

Ce qui n’est pas le cas de six autres personnes, présentes au moment de la tragédie. Aucun n’a vu Amine Bentounsi  braquer le gardien de la paix. Par contre, deux d’entre eux ont vu le jeune homme chuter puis se relever juste avant les coups de feu. Chose qu'oublieront d'évoquer les policiers… Pire : quatre filles, à bord d’une Peugeot 306 affirment même avoir été braquées un court instant par Damien Saboundjian. « Il était complètement paniqué », finiront-elles par dire. 

Aujourd’hui, il n'est plus sur le terrain. Il pourrait mais il n'a pas le droit de porter une arme. Alors il a accepté d'être affecté au CIC (Centre d'Information et de Commande). Là-bas, il gère les appels de Police secours. Un déclassement qui ne semble pas le déranger. Heureusement pour lui, il continue à toucher son salaire.

Nadir Dendoune

Liens connexes

Acquittement pour le policier responsable de la mort d'Amine Bentounsi (15-01-2016)

Procès Saboundjian-Bentounsi - L’accusé maintient sa version : « J’ai tiré parce qu’il m’avait braqué » (14-01-2016)

Procès Saboundjian-Bentounsi : Le commissariat de Noisy-Le-Sec refusait de prendre des témoignages (13-01-2016)

Procès Saboundjian-Bentounsi - Les collègues du policier accusé de la mort d’Amine Bentounsi pris en flagrant délit de mensonge (12-01-2016)

Ouverture du procès aux assises du policier responsable de la mort d'Amine Bentounsi (07-01-2016)

Vidéos connexes

Acquittement de Damien Saboundjian : la réaction des proches d’Amine Bentounsi

Procès Saboundjian-Bentounsi : avant le verdict, les forces mobiles de CRS se mettent en place

Procès Saboundjian-Bentounsi. Réaction de Amal Bentounsi, le 15-01-2016

Interview d'Amal Bentounsi - Bobigny, le 11-01-2016

Ouverture du procès Saboundjian-Bentounsi devant la Cour d'Assises de Bobigny

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard au Trib'. Francesca : "Leur liberté, c'est ma liberté"

    J'ai décidé d'aller parfois au tribunal. Une belle manière de raconter autrement la France. La Chronique du Tocard devient donc de temps en temps La chronique du Tocard au Trib'. Voici l'épisode 1. Au Palais ...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito