Tunisie - UE. L’Open Sky entre en vigueur aujourd’hui 11 décembre

  • Par S.S
  • le lundi 11 décembre 2017

La convention de transport « Open Sky » sera signée entre la Tunisie et l’Union Européenne en ce lundi 11 décembre 2017, au siège de la présidence du gouvernement, a confirmé la ministre du Tourisme et de l’Artisanat Selma Elloumi. Longtemps repoussé, ce chantier sera cependant mis en place par étapes en Tunisie, sur plusieurs années.

La ministre avait confirmé en marge de l’ouverture de la 46ème session de la conférence des représentants de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) à l’étranger, que cette convention, réclamée depuis des années par les professionnels du secteur mais aussi les clients potentiels, « contribuera à donner une impulsion au tourisme tunisien et à développer le flux touristique vers le pays », déjà en état de convalescence.

Craintes et restrictions

Deux appréhensions essentielles freinaient jusqu’ici l’implémentation de l’Open sky : l’ouverture anarchique de la convention dans des aéroports, et la dégradation de la qualité des prestations de service qui en découle. A cela Elloumi a tenté de répondre en se voulant rassurante :  
 

« Il n’y a aucune raison d’avoir peur de cette convention, d’autant que tous les pays concurrents dans ce domaine l’ont adoptée depuis longtemps compte tenu des facilitations qu’elle offre à l’activité touristique, a-t-elle affirmé, rappelant au passage que l’aéroport de Tunis-Carthage ne sera pas concerné par cette convention », du moins dans un premiers temps, durant 5 ans plus exactement, période pendant laquelle les autorités œuvreront à « renforcer la compétitivité du transporteur national ».

En clair il s’agit pour les autorités de tutelle de réguler la convention en veillant à ce que la transition se fasse en douceur pour la compagnie nationale Tunisair déjà en difficulté avec un plan social en cours, et ce en limitant l'accord aux aéroports secondaires.  


Pour les experts, la signature tardive de la convention de l’Open sky permettra de décupler le flux des compagnies charter et d’augmenter en conséquence le nombre des visiteurs de la destination Tunisie, notamment la catégorie des plus jeunes voyageurs dont les ressources financières limitées les poussent à opter pour ces offres parfois au détriment du confort ou de la flexibilité des dates.  

S.S

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Grève des mots au Bac

    C'était comme à l'usine et les candidats se succédaient à la chaîne. Mon tour allait arriver malheureusement plus vite que prévu parce que deux garçons de mon âge qui me devançai...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer