France.Un collectif invite à prendre la parole pour soutenir les migrants

Migrant sur le pont d'un bateau de sauvetage, en mer Méditerranée, le 16-02-2017. DAVID RAMOS / GETTY IMAGES / AFP

Résister, réunir, échanger, prendre la parole. Cette dernière expression prend tout son sens avec l’initiative du collectif Xclus qui organise, du 3 au 5 mars, où les conteurs et acteurs de la société civile sont invités à prendre la parole pour dénoncer et lever des fonds en faveur des migrants et réfugiés. Un événement participatif qui dépassera les simples frontières hexagonales pour s’étendre jusqu’en Belgique, Suisse, Canada et ailleurs.

Débats de fond

Initiateur de cet événement, Dominique Declercq, diffuseur de spectacle habitant à Lille, a été touché par tout ce qu’il se passait à Calais, par les conditions de vie des migrants : « Je ne suis pas d'accord avec ce qu'il se passe, c'est souvent de la désinformation (…) Donc je me suis dit qu'est-ce que je peux faire à part déposer des vêtements. J'avais envie qu'on en discute et qu’on se rencontre, qu'on se réunisse (…) Comme j'ai un réseau d'amis, d'artistes conteurs, on va prétexter la parole. Les conteurs ont des histoires de respect, où le plus faible s'en sort très souvent ».

Mairies associations, initiatives individuelles, plusieurs micro-événements viennent alimenter l’événement global. Contes, slams, projections, tous les canaux permettant de diffuser la parole sont mis à contribution pour ensuite susciter l’échange, des débats de fond. Une initiative émanant de la base de la population, qui n’attend plus les réponses politiques à ces problèmes : « Le projet Xclus, c'est vraiment un porte-voix collectif. On n'est pas d'accord, on n'a pas de solutions mais au moins asseyons-nous, discutons ». Et trouvons des solutions, pour ces milliers qui sont dans l’urgence et le dénuement le plus total.

Frapper fort

Le projet Xclus, ce sont donc deux temps forts chaque année. Deux week-ends lors desquels les forces citoyennes se mettent en mouvement pour changer les choses et surtout reverser tous les bénéfices des événements à des associations de lutte contre l’exclusion.

L’année dernière, ce sont une centaine d’artistes qui se sont mobilisés. Jacques Bonaffé, comédien engagé, est l’un des parrains de l’événement et traduit parfaitement l’enjeu d’un tel projet : « briser la solitude indifférente (...) mais aussi rapporter et comprendre l’histoire des gens qui ne savent pas qui ne peuvent pas, car c’est trop pour eux d’habiter à côté de cette misère grossissante, l’histoire ce ceux qui ont peur de ce que tout ça deviendra et celle de ceux qui ont peur, de toutes les peurs racistes communautaires ou électoralistes ».

Des mots qui prennent tout leur sens en cette période de campagne électorale féroce, avec des candidats ayant du mal à entendre les dénonciations diverses sur les situations des migrants. Pendant un week-end, le projet Xclus va donc essayer de faire entendre ces voix, comme l’indique Susie Morgenstern, écrivain et marraine de l’événement : « On ne peut pas s'habituer aux drames qui se passent autour de nous. Il nous faut rester éveillés et vigilants. C'est notre place (…) Mais que pouvons nous faire, gens de la Parole ? Ce que nous savons faire, c'est prendre ... la Parole ! ».

CH. Célinain

Plus d'infos ici : http://xclus.over-blog.com/

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard au Trib'. Francesca : "Leur liberté, c'est ma liberté"

    J'ai décidé d'aller parfois au tribunal. Une belle manière de raconter autrement la France. La Chronique du Tocard devient donc de temps en temps La chronique du Tocard au Trib'. Voici l'épisode 1. Au Palais ...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito