Algérie.Alger contre l’indépendance de la Catalogne

Le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif. Capture d'écran.

Le gouvernement algérien est contre l’indépendance de la Catalogne de l’Etat espagnol. Et il a tenu à le faire  savoir. Dans une déclaration faite à l’agence officielle APS, le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, a affirmé que « l'Algérie réitère son attachement à l'intégrité et à l'unité du Royaume d'Espagne ».  

Et d’ajouter : « l’Algérie, qui est liée par un Traité d'amitié, de bon voisinage et de coopération avec l'Espagne et par des relations traditionnelles importantes adossées à un dialogue politique de haut niveau et à une coopération économique substantielle, a pleine confiance dans la capacité du peuple et des autorités espagnoles à surmonter la situation actuelle et à régler la crise dans le cadre du respect de la Constitution du Royaume d'Espagne et de ses institutions démocratiques ».

Proclamée de manière unilatérale par le Parlement catalan, l’indépendance de cette région de l’Espagne a été froidement accueillie en Europe. Pour cause, les Etats de l’UE craignent qu’un tel précédent ne fasse des émules dans certains pays comme l’Italie.

C’est certainement la même appréhension qui a poussé le gouvernement algérien à se prononcer de manière aussi tranchée sur un dossier qui ne le concerne pas directement. Une manière à lui de juguler l’effet de contagion qui peut toucher l’Algérie où les mouvements revendiquant l’autonomie (Sud et Kabylie), ou carrément séparatistes comme le MAK en Kabylie, font florès.

Yacine Ouchikh

LES SERIES DU MAGAZINE

CHRONIQUES

24 HEURES AVEC

EDITOS

ON A TESTE

VOYAGES

IL RACONTE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer