Le "Banksy du Yémen" dénonce l'hypocrisie de la France

Un street artiste yéménite nommé Murad Subay a dévoilé une fresque de trois mètres de hauteur en plein Paris pour dénoncer la vente d'armes à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Vidéo LeHuffPost ...
LIRE SUITE

Irak : Les manifestants reprennent "Bella Ciao" façon "Casa de Papel"

L'hymne de la révolution italienne a largement passé les frontières, et ces Irakiens le prouvent une fois encore. Vidéo LeHuffPost ...
LIRE SUITE

Françaises et musulmanes : conversation entre Sofia et Faïza

Elles sont françaises et musulmanes. Sofia porte un foulard, Faïza n'en porte pas. Elles ont fait des choix différents mais respectent celui de l'autre. Brut les a réunies pour une conversation. Vidéo Brut...
LIRE SUITE

Tirs à balles réelles et homme brûlé vif : chaos à Hongkong

La journée du 11 novembre fut l’une des plus violentes qu’a connues Hongkong depuis le début des manifestations pro-démocratie, au printemps 2019. Les protestataires, de plus en plus violents, s’opposent à la mainmise grandissante de Pékin sur ce territoire autonome, et demandent notamment de véritables élections au suffrage universel. Vidéo Le Monde...
LIRE SUITE

La marocaine Asmâa Hamzaoui et son groupe Bnat Timbouktou

Autrefois musique d'esclaves, entre transe envoûtante et psaumes mystérieuses exprimant (souvent) la souffrance et l'exil, le Gnaoua sert toujours, aujourd'hui, de moyen de revendication. Dans un milieu dominé par les hommes, la marocaine Asmâa Hamzaoui et son groupe Bnat Timbouktou reprennent le flambeau de cette musique d’esclaves en forme de blues maghrébin. Vidéo ARTE ...
LIRE SUITE

Les femmes de l'ombre du rap français (avec Fatou Guinea)

Depuis les débuts, le rap a l’image d’un milieu fermé réservé aux hommes et à la virilité exacerbée. Un milieu qui ne serait pas fait pour les femmes. Pourtant elles sont plusieurs à avoir fait leur place. Portraits de trois femmes de l’ombre incontournables du rap. Trois femmes, trois métiers, une ambition : être au top du rap game. Vidéo Brut...
LIRE SUITE

Jhon Rachid - Le foyer, ça donne une force que les autres n'ont pas

À 7 ans, les services sociaux sont arrivés chez lui et ont décidé de le placer en foyer. Ça a été le pire passage de sa vie car il était seul, mais aussi le meilleur car il s'y est construit. Jhon Rachid raconte ce passage de son enfance pour Konbini News et dans la bande-dessinée "Comme on peut", aux éditions Michel Lafon. Vidéo Konbini ...
LIRE SUITE

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

Articles les + lus


Agenda


LES SERIES DU MAGAZINE

ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer