Economie.Khalid Mimi (ONMT) : "Le tourisme au Maroc se porte bien"

Khalid Mimi, directeur France de l'Office National du Tourisme Marocain

Une belle embellie ! C'est ainsi que l'on peut qualifier le tourisme au Maroc. En 2016, c'est plus de 11 millions de touristes qui ont visité le Royaume avec une croissance à deux chiffres. Pour Khalid Mimi, le directeur France de l'Office National Marocain du Tourisme, "Tous les voyants sont au vert". Il nous dévoile les perspectives 2018, les marchés stratégiques et les ambitions marocaines sur l'Afrique.

Les professionnels du tourisme marocain sont confiants. Et pour cause. Après une bonne année 2016, avec une arrivée dans le royaume de 11 millions de touristes, il y a de quoi se réjouir. D'autant que l'année 2017 promet d'être également prospère avec une croissance à deux chiffres comme nous le précise Khalid Mimi de l'ONMT. "Tous les voyants sont au vert. Toutes les nuitées dans les hôtels classés ont connu une hausse. Après consultations des professionnels du voyage, on va avoir une croissance maintenue sur les prochains mois".

Et si les chiffres sont bons, c'est en partie par une stratégie de diversification des marchés stratégiques pour le Maroc. Si l'Europe reste en tête avec près des deux tiers des touristes vers le Maroc (dont 33 à 38% de touristes en provenance de France), le Maroc a choisi de viser de nouveaux marchés. Un travail particulier est fait sur les pays de l'ancien bloc de l'Est autour du tourisme balnéaire et culturelle. "Nous cherchons à nous adresser à la Hongrie, la Tchéquie, l'Ukraine, etc.. En ce sens, il y a plus de liaisons aériennes vers la destination Maroc et on a développé des bureaux en Russie et en Pologne. Les résultats sont déjà là avec des croissances importantes sur ces marchés" comme nous l'explique Khalid Mimi de l'ONMT

Mais les perspectives vont plus loin que le Vieux Continent. Dorénavant, le Maroc voit au delà avec notamment l'ouverture d'un bureau au Brésil. Une stratégie de recherches de nouveaux clients dont "l’exemple le plus frappant est la Chine. Depuis l'ouverture du bureau à Pékin, l'augmentation des liaisons aériennes et le retrait des visas pour les touristes chinois décidés par sa Majesté, on a triplé nos chiffres sur le marché chinois".

Et le Maroc n'oublie pas le continent africain, également promis à de belles perspectives dans les années à venir. Un positionnement important pour l'avenir du pays, comme le montre l'ouverture de bureau de l'ONMT à Dakar et prochainement à Abdidjan. "Pour l'Afirque, on est sur du tourisme religieux et spirituel, notamment pour la communauté tijani mais également sur du corporate et du tourisme d'affaires pour les entreprises africaines. On essaye de drainer en ce moment, les agences africaines pour qu'elles programment le Maroc en destination".

De bonnes nouvelles pour un secteur qui pèse encore de manière importante dans l'économie marocaine, avec ses recettes estimées en août 2017 à près 4 milliards d'euros (46,8 milliards de dirhams).

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer