Economie.Le Maroc, une porte d’entrée du thé chinois vers l’Afrique

XINHUA / AFP

Le Maroc a importé pour le compte de l’année dernière, quelque 77 562 tonnes de thé chinois, soit près du quart des exportations chinoises totales de cette denrée. Ce qui place le Maroc au rang de client privilégié, mais aussi, « comme une porte d’entrée vers l’Afrique du Nord et de l’Ouest ».

Ce niveau d’exportation a été réalisé grâce à l’initiative « Belt and Road Initiative » (Nouvelle route de la soie) lancée par le gouvernement chinois, « pour s’étendre à l’étranger à la recherche d’opportunités de croissance ». 

« Jinli Tea » située dans la ville de Lichuan est l’une des entreprises ayant profité de cette initiative. Elle a notamment installé une succursale au Maroc. « Jinli exploite aujourd’hui 5 lignes de conditionnement au Maroc avec une capacité annuelle de 3 000 tonnes de thé, après avoir investi 8,2 millions de dollars américains dans le pays depuis fin 2015 ».

Selon le directeur exécutif de Jinli, Wang Qimao, la filiale marocaine a généré environ 9 millions de dollars de revenus. « Nos principaux produits sont toujours destinés à l’exportation. Nous sommes donc allés au Maroc et pensions que nous devions pénétrer le marché de l’Afrique de l’Ouest à travers le pays », a-t-il ajouté.

Sur les 364 742 tonnes de thé expédiées à l’étranger l’année dernière par la Chine, 77 562 tonnes ont échoué au Maroc, selon le site South China Morning Post (SCMP) qui a donné des détails sur la consommation du thé chinois par les Marocains.

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer