Maroc.Équité sociale et protection de l’environnement au menu du 4ème congrès international de l’arganier

L’arganier, un arbre magique qui ne pousse qu’au Maroc entre Essaouira et Agadir.

Des experts du Maroc et de l’étranger, participent à Agadir au 4ème congrès international de l’arganier, avec l’engagement d’œuvrer pour un changement de paradigme en matière de réhabilitation, de préservation, de développement de l’arganier et de valorisation de ses produits.

Le congrès qui se tient sous le patronage du roi Mohammed VI du 20 au 22 novembre,  aspire à encourager la recherche scientifique œuvrant dans ces thématiques prioritaires, en partenariat avec les différentes parties prenantes, par la mise en place d’initiatives de financement, de capitalisation et de diffusion des résultats. Il vise aussi le partage des connaissances scientifiques et techniques entre les chercheurs, les gestionnaires forestiers, les acteurs économiques et les institutions de développement, et la contribution à la mise en œuvre du Contrat Programme de la filière d’arganier sur des bases scientifiques solides.

Pour le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, Aziz Akhannouch, le congrès est un rendez-vous important pour mesurer le développement de la filière arganier et des défis qui y sont liés, indiquant que cette dynamique a été enclenchée avec succès depuis la création de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), le partage des connaissances scientifiques et techniques entre chercheurs nationaux et internationaux, et les gestionnaires et acteurs économiques, ainsi qu’avec le développement d’une recherche scientifique de qualité, forte et structurée.

L’arganier est un arbre magique qui ne pousse qu’au Maroc entre Essaouira et Agadir. La réserve de l’Arganeraie couvre 830.000 hectares et joue un important rôle écologique face à la désertification de même qu’elle serve de locomotive socio-économique pour une région qui compte 3,5 millions d’habitants, dominée à 73% par l’aspect rural, avec 182 communes rurales sur un total de 250, a indiqué le ministre lors de l’ouverture du congrès.

Pour rappel, la stratégie de développement des zones oasiennes et de l’arganier présentée en 2013, œuvre pour permettre à ces régions d’être compétitives et leur garantir l’équité sociale et la protection écologique.

Mohamed El Hamraoui

RECETTES DU RAMADAN

TERROIR

24 HEURES AVEC

EDITOS

ON A TESTE

VOYAGES

IL RACONTE

Articles les + lus


Agenda


CHRONIQUES

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer