France.L'étrange disparition d'Arthur Angé au Bangladesh

Arthur Angé : architecte paysagiste français, 30 ans, originaire de l’Hérault, parti en octobre 2013 faire un tour du monde, n'a pas donné de signe de vie depuis le 27 janvier 2017. Photo : DR

Trois mois. Cela fait près de trois mois qu'Arthur Angé, un Français de 30 ans, originaire de l’Hérault, parti en octobre 2013 faire un tour du monde avec son sac à dos, n'a pas donné de signe de vie. La dernière fois, c'était le 27 janvier, Arthur avait appelé une amie alors qu'il se trouvait au Bangladesh. Sa cousine Maeva a accepté de répondre à nos questions.  

LCDL : Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de rendre publique la disparition d'Arthur ? 

Maeva : Arthur, qui se trouvait dans le sud du Bangladesh, voulait rejoindre une de ses amie en Malaisie. Comme il n'a pas réussi à trouver un bateau, il a décidé de s'y rendre par voie terrestre. Donc, on a attendu quelques temps pour qu'il nous contacte et cela n'est pas arrivé. C'est donc à ce moment qu'on a donné l'alerte.

Il n'est pas du genre à nous laisser sans nouvelles. Il n'a pas de téléphone, mais il se connecte à internet et chaque début de mois, il envoie un mail groupé à sa famille et à ses proches. Arthur a pu tenter de passer par une zone frontalière dangereuse, l’État Rakhine, ou Arakan, en Birmanie

Parlez-nous de votre cousin.

Arthur est quelqu'un de porté sur l'autre. C'est quelqu'un de très généreux. Après avoir décroché en 2013 un diplôme d'architecte paysagiste, il a décidé de partir pour un tour du monde.

Il a déjà exploré l'Europe de haut en bas. Il avait pour principe de ne jamais prendre l'avion ou le train, faire l'ensemble à pied ou en stop, en essayant de rencontrer le moins de touristes, le plus de locaux. Durant son périple, il a même déjà fait plusieurs kilomètres à cheval ou en âne. 

Que faites-vous pour le retrouver ? 

Énormément ! Tout ce que nous pouvons. Cela fait deux semaines que nous sommes mobilisés jour et nuit. Via une page Facebook et un compte Twitter, nous avons lancé un appel international à quiconque croiserait Arthur ces derniers mois. Nous avons eu quelques réponses mais rien de probant pour l'instant. Une personne l'aurait vu à Bali, une autre au Bangladesh. Nous demandons aux gens de se prendre en photo avec Arthur s'ils le croisent.

Nous avons également fait faire six affiches traduites en six langues différentes, que nous avons envoyé dans les pays concernés. Nous avons appelé des centaines d'hôpitaux, contacté l'armée, la police, les habitants, les médias, etc. Enfin, nous avons pris contact avec le ministère des Affaires étrangères, les ambassades du Bangladesh, d'Inde, de Birmanie, de Thaïlande et de Malaisie, mais nous n'avons pas l'impression pour l'instant que le cas de notre Arthur soit une priorité. 

En contrepartie, vous recevez énormément de soutiens de particuliers ...

Oui. D'abord, les amis d'Arthur. Et ils sont nombreux. Mais aussi des tas d'anonymes qui se sentent concernés par sa disparition. Nous avons également été très touchés par l'aide proposée par Moussa, cet humanitaire qui avait été arrêté il y a quelques temps au Bangladesh. Il connaît bien le terrain. C'est tout cet élan de solidarité qui nous aide à tenir.   

Propos recueillis par Nadir Dendoune

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

Articles les + lus


Agenda


LES SERIES DU MAGAZINE

ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer