« Le peuple kurde, clé de voûte du Moyen-Orient »

 « Le peuple kurde, clé de voûte du Moyen-Orient »

« Le peuple kurde


C’est un fait acquis : en six ans, les Kurdes sont devenus une clé de voûte d’une sortie de crise que traverse cette région du monde. Si ce n’est d’ailleurs la clé de voûte. Dans son livre paru aux éditions Les Petits Matins, Olivier Piot revient sur l’histoire de ce peuple et sur les raisons pour lesquelles il se retrouve au cœur d’une des plus profondes mutations du Moyen-Orient.


Cartes kurdes rebattues


« Ce livre n’entend pas écrire une nouvelle histoire du peuple kurde », prévient d’emblée Olivier Piot, « mais la complexité des acteurs et des enjeux nécessite qu’une perspective longue soit dressée ». L’auteur, qui est grand reporter pour Le Monde Diplomatique, Géo et Le Monde, convoque donc le passé et remonte donc au « grand partage » de la fin de la Première Guerre mondiale, avec les traités de Sykes-Picot, Sèvres et Lausanne, « imposés par des grandes puissances ».


Olivier Piot parle d’« arrogance coloniale » et de « grande trahison de l’Occident ». Pour la première fois depuis 1918, les cartes kurdes sont rebattues. « L’écriture de l’histoire n’est plus le monopole des puissances occidentales », écrit l’auteur.


Brave combattant de l’ennemi mondial


Des cartes kurdes rebattues donc, et ce d’autant plus que « ces perpétuels empêcheurs de tourner en rond, éternels victimes ou « terroristes » pour les medias » ne le sont désormais plus aux yeux du monde. Dans sa préface, Frédéric Tissot, ancien Consul général de France à Erbil, rappelle qu’aujourd’hui le peuple kurde est devenu « le brave combattant de l’ennemi mondial », l’Etat islamique.


Chloé Juhel


« Le peuple kurde, clé de voûte du Moyen-Orient » de Olivier Piot, paru aux éditions Les Petits Matins

 

Chloe Juhel