France.« Moudjahida, femme combattante », un projet universel

La Moudjahida Henda, artiste au temps de la colonisation française de l'Algérie - Nadja Makhlouf / 2014

 

Un hommage à toutes les femmes ayant contribué à gagner l'indépendance lors de la guerre d'Algérie. Avec son exposition intitulée « De l'invisible au visible : Moudjahida, femme combattante », la photographe Nadja Makhlouf profite de la proximité de la journée du 8 mars pour mettre en avant des femmes d'apparence ordinaire qui n'en sont pas moins des femmes d'exception au Centre culturel algérien à Paris.

 

Un long travail

Pour la photographe, ce travail a commencé avec le cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie : « Je n'étais pas très sûre de ce que je voulais faire dans ce second volet. On entrait dans le cinquantenaire de l'indépendance, je pensais faire cinquante portraits », confie l'artiste avant de se raviser devant l'ampleur du travail.

Toutefois, Nadja Makhlouf a transformé son projet en une trilogie sur la femme algérienne, dont cette exposition sur les « Moudjahidas » est le deuxième volet. Pour ce seul deuxième opus, le travail représente plus d'un an de recherche, pour retrouver ces combattantes, infirmières, poseuses de bombe, agents de liaison, artistes qui ont contribué à la libération de l'Algérie.

Projet universel

Si les femmes algériennes étaient la base du projet, ce dernier a pris un virage imprévu : « Au début de mon projet, je pensais ne faire que des portraits de femmes algériennes (...) au fil des rencontres avec ces femmes, elles m'ont fait prendre conscience qu'il y avait aussi des Françaises, des femmes juives et des Espagnoles. Du coup mon projet est devenu beaucoup plus universel et je le préfère bien plus maintenant qu'au début. ».

Au fur et à mesure des rencontres, Nadja Makhlouf a pu récupérer des images d'archives qu'elle a pu incorporer à son travail. Ainsi, chaque portrait de femme est accompagné d'une photo d'elle à l'époque de son action pour l'indépendance. Difficile d'imaginer que cinquante ans auparavant, certaines de ces femmes étaient en prison, torturées et même condamnées mort...

F. Duhamel

« De l'invisible au visible : Moudjahida, femme combattante », Nadja Makhlouf. Au Centre culturel algérien (Paris 15e), du 4 au 26 mars.

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

Articles les + lus


Agenda


LES SERIES DU MAGAZINE

TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer