France. Le Front national au bord de l’implosion ?

Entre le père et la fille, rien ne va plus. Après les déclarations choc de Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen a averti son père qu’il ne serait pas candidat FN en région PACA. Alain Jocard/AFP

La rupture entre le père et la fille semble cette fois complète. La présidente du Front national, Marine Le Pen, a réagi vigoureusement à l’entretien accordé par son père et fondateur du parti à la publication d’extrême droite Rivarol. Il n’est plus question pour Mme Le Pen que le président d’honneur du parti soit investi comme candidat FN pour les prochaines régionales.

« Valls est Français depuis trente ans, moi je suis Français depuis mille ans »

Dans une interview publiée par Rivarol, Jean-Marie Le Pen multiplie les déclarations choc : défense de Pétain et des pétainistes, thuriféraires de la République qui le « gonflent », gouvernement « par des immigrés et des enfants d’immigrés à tous les niveaux », « Valls est Français depuis trente ans, moi je suis Français depuis mille ans »...

L’entretien survient à peine une semaine après que le fondateur du parti d’extrême droite ait ravivé la polémique en réitérant ses propos sur les chambres à gaz « détail » de l'histoire. Propos qui lui avait valu plusieurs condamnations.

« Désaccords irréconciliables »

Louis Aliot, vice-président du Front national et compagnon de Marine Le Pen, a tweeté mercredi : « l'entretien de JMLP dans ce torchon antisémite est parfaitement scandaleux et nos désaccords politiques désormais irréconciliables ». « C'est aussi mépriser les militants qui se battent tous les jours pour défendre nos valeurs contre un système de + en + liberticide », poursuit l'eurodéputé dans un second tweet.

« J’ai informé Jean-Marie Le Pen que je m’opposerai, lors du bureau politique du 17 avril prochain qui doit investir les têtes de listes pour les élections régionales, à sa candidature en Provence-Alpes-Côte d’Azur », a pour sa part écrit la présidente du parti dans un communiqué mis en ligne ce mercredi. Bastion historique du vieux frontiste, la région PACA fait partie des prises espérées par le FN en décembre 2015.

Jean-Marie dit tout haut ce que Marine pense tout bas ?

À gauche, on n’a pas tardé à appuyer là où ça fait mal, voyant dans cette nouvelle polémique un moyen de ralentir la progression de la formation d’extrême droite. Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS, a assuré mercredi que « Jean-Marie Le Pen dit tout haut ce que nombre de responsables, de militants et même d'électeurs du FN pensent ».

« Derrière tout cela, il y a un débat qui est aussi politique : est-ce qu'il faut garder la spécificité de l'extrême droite ou la cacher pour gagner des élections ? Marine Le Pen a choisi de le cacher, Jean-Marie Le Pen de l'affirmer, je leur laisse le débat ».

Pour l'élu parisien, le père de la patronne du FN en restera le président d'honneur, parce que « le Front national, c'est lui. Marine Le Pen n'est que la nouvelle vitrine d'une organisation qui défend les idées de Jean-Marie Le Pen ».

Rached Cherif

LES SERIES DU MAGAZINE

CHRONIQUES

24 HEURES AVEC

EDITOS

ON A TESTE

VOYAGES

IL RACONTE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer