Politique.Paris. Une cinquantaine de militants réunis devant le Palais des Congrès « appellent AXA à se désengager de l'apartheid israélien »

Près de 50 militants de la Coalition Stop AXA Assistance à l'apartheid israélien étaient réunis ce mercredi 24 avril devant l'assemblée générale annuelle de la compagnie française AXA, au Palais des Congrès de Paris. Ils ont appelé « AXA à se désengager de l'apartheid israélien ».

AXA investit, par l’intermédiaire de sa filiale AXA IM, dans cinq des plus grandes banques israéliennes qui constituent « l’épine dorsale des colonies de peuplement illégales par le biais des services financiers qu’elles fournissent », dénoncent les activistes.

« Alliance Bernstein, une autre filiale d’AXA, détient également des actions dans les banques israéliennes et dans le fabricant d’armes israélien Elbit Systems », précisent-ils.

« Bien que la police ait tenté d'interdire la manifestation et de nier notre liberté d'expression, nous avons réussi à rester devant le Palais des Congrès pendant plus de 20 minutes en brandissant une banderole de 10 mètres de long indiquant «Stop AXA Assistance à l'apartheid israélien» », a réagi fièrement Imen Habib, une des coordonnatrice de la campagne BDS France. Elle revient sur l’action de cet après-midi. 

Que reprochez-vous exactement à AXA ?

Nous reprochons à AXA d'être impliqué dans des violations du droit international, ce qui est contraire au code de déontologie d'AXA, qui a souscrit au pacte mondial des Nations unies concernant le respect des droits humains.

En effet, AXA a des investissements via sa filiale AB dans Elbit Systems qui est l'une des principales sociétés d'armement israéliennes, ainsi que dans les cinq principales banques israéliennes qui sont directement actrices de la colonisation des territoires palestiniens occupés.

Vos pressions semblent avoir porté leurs fruits…

Oui. Nous venons d'apprendre qu'AXA IM, une filiale du groupe AXA vient de désinvestir d'Elbit Systems. C'est un premier pas encourageant dont nous nous félicitons, mais nous poursuivons l'objectif d'un désinvestissement total de la part d'AXA, qui est une entreprise française. Or nous savons que AB, une autre filiale d'AXA a toujours des investissements dans Elbit Systems, et qu'il reste toujours à ce jour les investissements dans les cinq banques israéliennes (Hapoalim, Leumi, Mizrahi Tefahot, First International Bank of Israël, Israël Discount Bank...)...autant de raisons de poursuivre cette campagne.

Quelle a été la réponse d'AXA jusqu'à présent, concernant votre campagne?

La direction d'AXA a nié la réalité de ces investissements, et dans le même temps elle affirme qu'ils ne sont pas problématiques, ce qui est tout à fait contradictoire.

Vous venez de lancer une coalition "Stop AXA assistance to Israeli Apartheid" (NDLR: Stop à l'assistance d'AXA à l'apartheid israélien), pouvez-vous nous dire quels sont les pays impliqués, et si cette campagne de désinvestissement se développe ailleurs qu'en France ?

En effet, une coalition internationale s'est construite et regroupe déjà de nombreux pays comme la France, l'Allemagne, la Suisse, le Maroc parmi d'autres…Nous venons également d'apprendre que nos camarades irlandais et égyptiens rejoignent cette coalition, ce qui nous stimule pour poursuivre nos efforts.

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer