Tunisie.Sami Fehri maintenu en détention

L’avocat de la défense, Abdelaziz Essid (à droite) a dénoncé les descentes policières ne respectant pas la vie privée de ses clients, pour expliquer son boycott des procédures en cours

Mesure exceptionnelle, le parquet a décidé aujourd’hui lundi la prolongation de la garde à vue du magnat des médias Sami Fehri ainsi que deux de ses associés pour cinq jours supplémentaires, selon Sofiène Selliti, le porte-parole du ministère public. Explications.

La même source indique qu’il s’agit là légalement de la dernière prolongation, et que celle-ci devrait donc prendre fin vendredi 15 novembre, tout en précisant que le ministère public décidera alors de la suite des mesures à entreprendre dans cette affaire. En clair, le journaliste devenu homme d’affaires sera fixé sur son sort le weekend prochain : il sera soit laissé en état de liberté, soit inculpé et objet d’un mandat de dépôt dans le cadre de l’affaire Cactus prod / Eight prod.

Cette dernière, une entreprise récemment fondée par Fehri, aurait ainsi selon le syndicaliste Walid Bourouis progressivement phagocyté les parts de marché de Cactus, pourtant mise sous administration judiciaire, s’agissant des productions et séries les plus lucratives de la chaîne Elhiwar TV.

Rappelons que mardi 5 novembre, le ministère public près du Pôle judiciaire, économique et financier, en collaboration avec la brigade d’investigation sur les crimes économiques et financiers, avait ordonné l’arrestation et la mise en garde à vue de Sami El Fehri, de l'administratrice judiciaire et du gérant d’Eight prod pour les besoins de l’enquête relative à l'affaire en question d'abus présumé et notamment de « mauvaise gestion de biens confisqués ».

Ilhem Torjman, personnage clé

« Les trois personnes indiquées seront placées en garde à vue pendant cinq jours de plus pour suspicions de blanchiment d’argent, abus de pouvoir d’un fonctionnaire public, et outrage aux mesures et procédure d’usage. Après l’interrogatoire de Sami El Fehri, lundi 4 novembre 2019, et le report de l’affaire au 26 décembre 2019, la brigade d’enquêtes dans les crimes économiques et financiers a poursuivi ses travaux sous la supervision du ministère public qui a autorisé l’arrestation de Sami El Fehri, de l'administratrice judiciaire et du mandataire légal de la chaîne », précise le porte-parole du pôle judiciaire économique et financier.

Selon plusieurs experts, le fait que l’administratrice judiciaire de la richissime boite de production Cactus, Ilhem Soufi Torjman, ait été maintenue en place pendant plus de huit ans, contrairement à ses homologues dont la mission ne dépasse pas généralement les deux années d’exercice, aurait attiré les suspicions de collusion.

Ainsi le chargé du contentieux de l’Etat aurait demandé la révocation de l’intéressée pas moins de 17 fois depuis 2013, en vain, avant qu’elle ne soit écartée sur le tard, en mai 2019.    

>> Lire aussi : Tunisie. Arrestation de Sami Fehri

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer