Livres. Samira Bellil, l’auteure de « Dans l’enfer des tournantes », aurait eu 47 ans

Samira Bellil aurait eu 47 ans. L’auteure de « Dans l’enfer des tournantes » est morte à 31 ans d’un cancer de l’estomac le 4 septembre 2004.

« Samira était une tornade de bon sens, de bienveillance et de détermination. Moi môme de 15 piges à l’époque, si je n’avais jamais croisé ce regard et cette voix, ma vie aurait très probablement pris un tournant plus dramatique », témoigne encore très émue Sarah Lebailly éducatrice. « C’est grâce à son livre que j’ai eu mon premier déclic de survie. J’ai décidé de créer alors un collectif “Filles aujourd’hui, femmes demain” au sein de la maison de quartier de Saint-Brieuc », raconte la jeune femme, aujourd’hui âgée de 33 ans.

Samira Bellli est née le 24 novembre 1972 en Algérie. Elle est placée quelques années en nourrice en Belgique, puis rejoint sa famille en Seine-Saint-Denis. Sa mère est femme de ménage, son père ouvrier dans une usine de cartonnages.

En octobre 2002, elle sort « Dans l’enfer des tournantes ». Elle y raconte la violence d’un père, les nombreux viols dont elle est victime dans son quartier. Malgré ce qu’elle a vécu, celle qui était devenue éducatrice s’appliquait toujours à défendre la banlieue. « La cité, c’est plein de gens formidables qui essaient de s’en sortir courageusement. Car tous les petits gars de chez nous ne sont pas des violeurs, loin de là. », aimait-elle rappeler.

Le jour de son enterrement le 10 septembre 2004, près d’un millier de personnes sont présentes. La famille et les proches avaient voulu que, pour ce dernier hommage, le cortège soit vêtu de blanc. « Je me souviens comme si c’était hier. C’était le lendemain de mes 18 ans », se remémore Sarah Lebailly.

« Elle était la définition du mot détermination même. Et quand je l’ai connue et qu’elle m’a prise sous son aile, même quand je faiblissais, elle me rattrapait. Elle a laissé une trace dont on doit toutes et tous se saisir », insiste Sarah.

« C’était son anniversaire il y a deux jours. On doit parler d’elle, de ce qu’elle a apporté. Ne jamais oublier.

Je me battrai toujours pour honorer sa mémoire et son combat », conclut déterminée Sarah.

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer