Musique.Mouss et Hakim de Zebda : "Rachid Taha était le premier d'entre nous. C'est lui qui a ouvert la porte"

Le rockeur Rachid Taha, 59 ans, est mort dans la nuit de mardi soir à mercredi 12-09-2018. © AFP

Sa disparition laisse un grand vide. Le rockeur Rachid Taha, 59 ans, est mort dans la nuit de mardi soir à mercredi d’une crise cardiaque dans son sommeil, à son domicile parisien. Leader du mythique groupe Carte de Séjour dans les années 1980, Rachid Taha était un symbole pour de nombreux habitants des quartiers populaires. Pour Mouss et Hakim du groupe toulousain Zebda, il était le "premier d'entre nous".

Vous avez bien connu Rachid Taha...

Oui, la première fois qu'on l'a croisé, nous ne faisions pas encore de musique. On avait à peine 15 ans et il était venu chanter à Toulouse. On croyait rêver  : un arabe d'un quartier populaire qui chantait du rock ! Ça ne s'était jamais vu auparavant. On avait déjà assisté à des concerts de chanteurs algériens mais jamais de gars qui venaient d'ici, des gars comme nous.

On a partagé plusieurs scènes avec lui lors de festivals et on le croisait aussi ailleurs. Ça a été à chaque fois un pur bonheur. C'était certes un écorché vif comme le sont souvent les grands artistes, mais il avait une énorme connaissance musicale, qui allait de la musique algérienne comme le Chaabi, à la soul américaine, en passant par le rock anglais. Il était bluffant ! Ce sont toutes ses connaissances qui lui ont permis de faire cette musique unique. 

Avez-vous été inspirés par Rachid Taha ?

Evidemment ! C'est lui qui nous a donné confiance pour chanter. Nous n'aurions jamais fait de musique s'il n'y avait pas eu Rachid Taha. Il a ouvert la porte. A jamais, il sera le premier d'entre nous. 

Il en a inspiré d'autres aussi...

Oui ! De nombreuses stars du rock dans le monde entier se sont inspirés de Taha. Prenez par exemple le célèbre groupe britannique The Clash. Son titre Rock the Casbah a été écrit en s'inspirant de l'album Carte de Séjour. 

Il était également très politisé...

Oui, même si dans ses chansons, on le sentait moins. Mais en vrai, il était très conscientisé, très politisé. A chaque fois qu'il a du prendre la parole, il l'a toujours fait avec précision. Il disait toujours ce qu'il avait à dire. Il n'a jamais oublié qu'il venait d'un quartier populaire et qu'il était un enfant de l'immigration algérienne.

Sa disparition est-elle une perte pour les quartiers populaires ?

Cela dépasse les quartiers populaires. C'est une perte pour le pays tout entier. La France a perdu un grand homme. Rachid Taha a permis à ce pays de mieux comprendre qui il était. Mais c'est surtout une perte pour les amoureux de la musique. Rachid Taha était une star internationale. On l'écoutait aussi bien à Sydney en Australie, qu'à Alger. 

Propos recueillis par Nadir Dendoune

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

ON A TESTE

Articles les + lus


Agenda


24 HEURES AVEC

RECETTES

TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer