Société.Un gymnase occupé par des mal-logés près de l’Elysée

Occupation du gymnase situé au 18 rue Roquépine près de l'Elysée, par des sans-abris.

20e jour d'occupation du gymnase situé au 18 rue Roquépine, à moins de 500 mètres de l’Elysée. 150 familles sont mobilisées pour réclamer un logement digne.

Hier, mercredi 20 février, un nouveau « raffut des sans-logis et des mal-logés », comme l’appelle l’association le Droit Au Logement à l’initiative de cette occupation, au eu lieu pour apporter à l'Elysée les dessins des enfants invitant le couple présidentiel à venir débattre :

« Il suffit de traverser la rue... », rappelle non sans ironie le DAL, qui aime également revenir sur les propos d’Emmanuel Macron, qui, en juillet 2017, déclarait « ne plus avoir d’ici la fin de l’année des femmes et des hommes dormir dans la rue, les bois ou perdus », et avait confirmé le 31 décembre 2017 « je veux que nous puissions apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans abri ».

Réquisition

Les 150 familles qui occupent ce gymnase se relaient à tour de rôle. Ce sont des personnes sans abris rejetées par le 115, des familles hébergées de manière précaire, des prioritaires DALO ou des demandeurs HLM parisiens qui devraient bénéficier depuis longtemps. La Ville de Paris n’a pas demandé l’évacuation.

Pour rappel, le Droit Au Logement exige le relogement de ces 150 familles, l’application de la loi concernant la réquisition alors que 3 millions de logements et des millions de m2 de locaux et bureaux sont vacants en France, et enfin le relogement des prioritaires DALO et des demandeurs HLM qui ont beaucoup de points, selon le système de cotation des demandeurs HLM

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer