Justice.Des centaines d’images pornographiques découvertes dans les téléphones de Tariq Ramadan

Tariq Ramadan à la Faculté d’études islamiques de Doha, au Qatar, le 18 avril 2016. OLYA MORVAN / HANS LUCAS

Le Journal du Dimanche révèle que les nombreuses photos de femmes récupérées dans la mémoire des smartphones et des disques durs des ordinateurs saisis de Tariq Ramadan « pourraient ouvrir de nouvelles pistes ». Pas moins de seize téléphones ayant appartenu à l’islamologue ont été scrutés.

« Deux iPhone 7 Plus, un Samsung Galaxy, un disque externe, un MacBook Pro, une tablette iPad Pro, une clé USB ainsi que deux ordinateurs contenant treize sauvegardes de neuf iPhone différents et vingt-six autres issues de quatre Samsung »… Le JDD, disposant manifestement de sources auprès de la police judiciaire, affirme que l'enquête sur les accusations de viol contre le théologien Tariq Ramadan passe désormais par l'exploitation de sa mémoire informatique.

Si depuis que ce volet de l’enquête a été révélé hier lundi, beaucoup s’interrogent sur la pertinence d’une telle fuite concernant du contenu relevant de la vie privée « qui n’intéresse personne », les juristes consultés à ce sujet sont formels : la nature des plaintes dont il est question autorise les autorités à toutes sortes de saisies de nature à éclairer les enquêteurs, y compris sur le profil de l’accusé.

Ainsi les trois juges d'instruction disposent du résultat des expertises lancées dès le mois d’avril sur le matériel informatique et téléphonique du théologien suisse mis en examen pour viols.

Selon le JDD, « historique de ses navigations, messageries, images, tout a été passé au peigne fin par les experts, qui se sont notamment appuyés sur des mots-clés (hôtel, rendez-vous…) et sur les identifiants (prénoms, noms, adresses électroniques ou numéros de téléphone des plaignantes) pour mettre au jour les éléments "pouvant intéresser l'instruction en cours" ». Un travail laborieux puisque les recherches ont dû remonter jusqu'en 2014.

Le rapport d'expertise mentionne la découverte de 776 images pornographiques, pour l'essentiel des selfies de plusieurs dizaines de femmes. Si de tels éléments « n'accréditent en rien les accusations portées contre le théologien », concède le JDD, elles ouvrent cependant « de nouvelles pistes » aux enquêteurs, qui pourraient chercher à identifier les femmes photographiées afin de collecter d'éventuels témoignages sur ses pratiques sexuelles, au cœur du dossier judiciaire, ce qui laisse entendre qu’une possible coopération entre les justices française et suisse serait à l’ordre du jour.

« Massages sensuels » et autres informations relevant des données personnelles

Toujours selon les sources du JDD décidément bien informées, les experts auraient également relevé, parmi les termes recherchés sur Internet par Tariq Ramadan, « massage sensuel à Paris à domicile », le 9 janvier 2018 (soit quelques semaines seulement avant son interpellation) et « escort à Lille », un lieu où il donnait une conférence en avril 2017, et « ne pas faire apparaitre son numéro de téléphone », recherche effectuée en septembre 2015.

Par ailleurs pas moins de 6.000 vidéos auraient été retrouvées, dont treize courts films amateurs, quatre vidéos montrant l'écran d'un smartphone BlackBerry (un ancien appareil utilisé par Ramadan) où figurent des messages datés des 23 et 24 avril 2012 provenant de Hinda Ayari. Ces derniers pourraient néanmoins être des éléments à décharge pour l’islamologue selon certains, tandis que certains autres internautes, plus facétieux, préfèrent souligner les vertus du "cloud backup" comme méthode d'archivage dématérialisée et plus sécurisée...

Rappelons que Tariq Ramadan, qui était incarcéré depuis sa mise en examen le 2 février dernier pour des viols qu'il conteste, a quitté en novembre la prison de Fresnes, mais est tenu de se soumettre depuis à un contrôle judiciaire strict.  

Messages téléphoniques chaleureux avec Eric Zemmour

Au chapitre des éléments qui portent préjudice à la réputation de Tariq Ramadan auprès d’une partie de son public, mais dans un volet sans lien avec les affaires de viol présumé, le JDD a bénéficié d’une autre fuite provenant de l’enquête. Celle-ci aurait permis d'exhumer depuis les mêmes téléphones plusieurs échanges amicaux entre Ramadan et l'essayiste Eric Zemmour. L'auteur français aux propos anti-islam y voit une simple « cordialité orientale », selon une déclaration à ce sujet qu’il a accordée au Journal. « J'aime nos débats francs et virils comme des matchs de foot. Amitiés. Embrassade. » Lit-on dans l’un des sms.

Au hasard des échanges retrouvés sur les téléphones de Tariq Ramadan apparaît le nom d'Éric Zemmour. Nous sommes cette fois fin 2014, début 2015. Il est notamment question d'un débat sur le plateau de Frédéric Taddeï entre le prédicateur, porte-voix d'un islam politique, et l'essayiste aux propos islamophobes décomplexées. Une rencontre qui sentait potentiellement le souffre, pensait-on. Mais selon le JDD, « le ton est partout chaleureux » : « Félicitations pour votre dernier livre même si j'ai beaucoup à dire », ou encore « Mes amitiés. Je vous embrasse »… « "Ok, belle soirée. Je vous embrasse », répond Tariq Ramadan.

Depuis sa sortie de prison, Tariq Ramadan a rédigé sur sa page officielle comptant plus de 2 millions d’abonnés trois statuts, également traduits en arabe et en anglais, où prime une dimension religieuse de la méditation et de l’épreuve. Dans l’un de ces textes, il se considère comme ayant été « maintenu en prison pour des raisons politiques ».

Lire aussi : Justice. À peine libéré en France, Ramadan est rattrapé par les affaires en Suisse

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

ON A TESTE

Articles les + lus


Agenda


24 HEURES AVEC

RECETTES

TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer