Justice.Île-Saint-Denis. « Ma cliente n’a jamais tenu de propos faisant l’apologie du terrorisme », Hosni Maati, l’avocat de la conductrice interpellée

Hosni Maati, avocat de Samia, la conductrice voilée interpellée par la police vendredi 18 octobre 2019, à Saint-Denis.

Après 48 heures de garde à vue au commissariat de Saint-Denis, Samia, la conductrice de la Citroën C3, interpellée ce vendredi 18 octobre, dont le chien a été abattu par un policier a été relâchée vers 19h30 (voir nos éditions). Hosni Maati, avocat au barreau de Paris revient sur la garde à vue de sa cliente. 

LCDL : Vous avez accompagné une partie de la garde à vue de Samia, qui a duré 48 heures…

Hosni Maati : Oui. J’étais tout ce samedi avec elle. Contrairement à ce que la préfecture s’est empressée d’annoncer, ma cliente n’a jamais tenu de propos faisant l’apologie du terrorisme. D’ailleurs, le parquet ne la poursuit pas pour ces raisons, mais pour outrage, rébellion et menace envers une personne dépositaire de l'autorité publique. 

Selon vous, qu’est ce qui a poussé la préfecture de police de Paris à parler « d’apologie du terrorisme » ? 

C’est incompréhensible. Alors qu’il a été reproché à plusieurs reprises des prises de paroles trop rapides dans les affaires récentes, nous constatons là encore le même dysfonctionnement. Cela ne peut s’expliquer que par la volonté de s’assurer un total discrédit de ma cliente. 

A votre avis, pourquoi la qualification d’apologie du terrorisme n’a pas été suivie par le parquet ? 

Tout simplement, parce qu’elle ne tient pas la route. Très vite, dès hier (NDLR : samedi), nous savions que cette qualification n’allait pas être retenue. 

Vous parlez d’un témoin qui n’aurait pas pu être entendu par la police…

En effet. Un témoin direct s’est déplacé pour être entendu avant la fin de la garde à vue de ma cliente, mais la police a purement et simplement refusé de l’entendre. Sa version contredit la version policière. Quand il est arrivé, un de vos collègues de France 3 était sur les lieux. A défaut d’avoir été entendu par la police, il a pu livrer sa version aux médias. Je trouve cela très grave. Cela va à l’encontre du respect de la procédure.  

       >> Lire aussi :

Île-Saint-Denis. La conductrice voilée est en garde à vue pour outrage et non apologie du terrorisme

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer