Société.Kader Salmi, cet autre héros pas reconnu

Kader Salmi, un Algérien vivant en France depuis 2014, sauve 19 personnes, dont 7 enfants, d'un incendie survenu dans un immeuble à Montreuil (93), en février 2018.

Il y a les héros reconnus et les autres, ceux dont l'acte reste confidentiel. Kader Salmi est un Algérien de 28 ans. Il est arrivé en France il y a quatre ans. Comme nous vous le rapportions dans nos colonnes, il aurait sauvé en février dernier 19 personnes à Montreuil (93), alors que leur immeuble prenait feu. Huit familles, 19 personnes, dont sept enfants. Il les aurait sorties une par une, comme ont témoigné plusieurs voisins.

Et pourtant, il n'a été célébré nulle part. Est-ce dû au fait que personne n'était là pour filmer ? Alors que la France entière rend hommage aujourd'hui, comme il le mérite, à Mamoudou Gassama, un Malien sans papiers qui a risqué sa vie, samedi dernier, pour sauver un bébé qui risquait de tomber du 4ème étage d’un immeuble parisien, Kader Salmi se sent un peu oublié.

>> Lire aussi : Incendie de Montreuil : "Kader a sauvé la vie de toute ma famille"

"Je n'ai toujours pas été reçu par le maire de Montreuil", se plaint-il. "J'ai entendu parler d'une solidarité entre les habitants mais pas forcément du sauvetage des dix neuf locataires par un seul homme", précise de son côté Florian Vigneron, maire-adjoint en charge des solidarités.

Dans l'entourage du maire, pour justifier une certaine "prudence", on explique que les pompiers n'ont ni "confirmé, ni infirmé l'acte héroïque de Kader". "On va essayer d'y voir plus clair", promet toutefois l'entourage du maire. Les voisins de Kader saluent tous son courage.  "C'est le héros de l'immeuble, martèle Abderahim. On n'oubliera jamais ce qu'il a fait pour nous tous".

Vous semblez un peu amer ?

Oui. Je ne cherche pas la célébrité mais j'avoue être un peu triste. Je n'ai pas aidé tous ces gens pour recevoir des félicitations, mais c'est vrai qu'un appel du maire m'aurait fait tout de même plaisir. Je pense que c'est humain de vouloir ça. 

Comment expliquez-vous un tel silence ?

Je ne sais pas. Il aurait peut-être fallu que mon acte soit filmé, qu'il fasse le buzz sur les réseaux sociaux. Il y aurait eu alors un emballement médiatique et sans doute, le maire aurait réagi... Pourtant, je l'ai croisé il y a quelques semaines à Montreuil où il a promis de me contacter. J'attends toujours son appel. 

Pourquoi attendez-vous une reconnaissance ?

C'est vrai que je pourrais me contenter de celle de mes voisins. Ils continuent trois mois après l'incendie à me remercier. Si j'ai décidé de m'exprimer aujourd'hui c'est parce que j'aime que les choses soient justes et elles ne le sont pas. 

Propos recueillis par Nadir Dendoune

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer