Société. Nouveau squat à Saint-Ouen

Après avoir été expulsées, une centaine de personnes originaires d’Amérique latine sont parvenues à se réinstaller dans des locaux de la mairie de Saint-Ouen.

Cela fait tout juste une semaine que cette centaine de réfugiés s’est installée dans les locaux inoccupés de la mairie de Saint-Ouen. Ils viennent de Colombie, du Pérou, de Bolivie ou encore de Cuba ou du Vénézuéla. Ils avaient été expulsés en juillet dernier d’un squat qu’ils occupaient toujours à Saint-Ouen. Parmi ces personnes se trouvent une quarantaine d’enfants.

Trêve hivernale
Les lieux qu’ils ont investis la semaine dernière sont équipés de sanitaires et ne se situent pas très loin du précédent endroit où tous ces réfugiés vivaient. « Le squat, c’est une solution par défaut. Ces familles voudraient un logement social, payer un loyer comme tout le monde », a déclaré Jean-Baptiste Eyraud, le porte-parle de l’association DAL. Le Droit au logement mise sur l’approche de la trêve hivernale qui devrait permettre à ces familles de ne plus risquer d’expulsion pendant au moins quelques mois.

IL RACONTE

CHRONIQUES

LES DOSSIERS DU MAGAZINE

EDITOS

Articles les + lus


Agenda


LES SERIES DU MAGAZINE

ENVOYE SPECIAL

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer