Tunisie.Décès de 11 nouveau-nés : démission du ministre de la Santé

La tragédie affole la toile ce weekend : 11 décès de nouveau-nés ont été constatés dans le centre d'obstétrique et de néonatologie Wassila Bourguiba de l’hôpital de la Rabta (Tunis) dans la nuit du 7 au 8 mars 2019, annonce le ministère de la Santé publique dans un communiqué daté tardivement ce samedi 9 mars 2019. La démission du ministre de la Santé a été acceptée cette nuit par le chef du gouvernement.

Les nouveau-nés ont vraisemblablement été administrés par du sérum contaminé entraînant leur mort par choc septique, d’après les premières conclusions des autorités sanitaires.

En coordination avec le personnel médical et paramédical, la direction de centre étatique dit avoir « pris les mesures nécessaires, notamment préventives et curatives », afin d’éviter tout éventuel nouveau décès et réconforter les familles des victimes, le tout avec le suivi de l’état de santé des autres résidents de centre, nous a confirmé la directrice générale de la Santé, Nabiha Boursali.

Ouverture d’une enquête judiciaire

Le Parquet a ordonné en ce même 9 mars funeste l’ouverture d’une information judiciaire selon le porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis, Sofiene Sliti. Ce dernier précise qu’un juge d’instruction s’est rendu sur les lieux accompagné du représentant du ministère public pour déterminer les circonstances des faits. « Tous les détails entourant les faits vont être communiqués ultérieurement à l’opinion publique », assure-t-il.

L’enquête a été ouverte en urgence, par une commission spécialisée du ministère, pour « déterminer les responsabilités et les causes réelles de cette tragédie ».

Quelques heures avant sa démission, le ministre de la Santé Abderraouf Cherif s’était rendu au centre pour « soutenir les efforts déployés par les équipes médicales sur place », visiblement abattues par le drame.

Polémique supplémentaire autour des conditions de la morgue

Suite à la tragédie, de nombreux parents ont témoigné dans les médias locaux à propos des conditions de réception des cadavres de leurs bébés « dans de vulgaires cartons », ce qui a suscité leur indignation venue s’ajouter à l’affliction de cette perte. Un traitement qualifié par beaucoup d’internautes d’« humiliation ».

Mais intervenant au journal télévisé de la chaîne publique Wataniya 1 samedi soir, la directrice générale de la santé au sein du ministère de la Santé Nabiha Borsali Falfoul est revenue sur cet épisode, en affirmant cependant qu’« il n’est pas inhabituel que les cadavres des bébés soient remis aux parents dans des cartons disponibles à l’établissement de santé. Une pratique qui selon elle n’est pas spécifique à l’hôpital de la Rabta.

« La douleur des familles est celle de tous les Tunisiens ce soir » a déclaré Youssef Chahed, avant d’assurer qu’il a donné des instructions aux gouverneurs quant à la prise en charge des familles sinistrées et qu’il a accepté la démission du ministre de la Santé Abderraouf Cherif, issu du parti Machoû Tounes, qui n’aura donc passé que quatre mois à la tête du plus grand ministère du pays avec celui de l’Education.

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

ON A TESTE

LES SERIES DU MAGAZINE

RECETTES

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer