Tunisie.L’imagerie Kais Saïed objet de toutes les récupérations

Au moment où le silence électoral a déjà commencé dans les circonscriptions de l’étranger, là où le scrutin des législatives sera ouvert dès demain vendredi, certains jouent leur va-tout en tentant de surfer sur le succès du candidat Kais Saïed sorti vainqueur du premier tour de la présidentielle.

L’équipe de campagne de Kais Saïed a informé aujourd’hui jeudi l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) de l’utilisation de la photo de leur candidat, notamment sur certaines banderoles électorales de la Coalition “Al-Karama”, dont l’avocat Seif Eddine Makhlouf a été candidat au premier tour de l’élection présidentielle anticipée du 15 septembre dernier, et est actuellement en lice pour les législatives.

Une source de l’équipe de campagne de Kais Saïed a ainsi précisé que l’ISIE a été informée de sorte de prendre les mesures nécessaires, affirmant que leur candidat n’a de rapport avec aucune campagne électorale pour les législatives. « Saïed ne soutient ni partis, ni listes indépendantes ou de coalition pour les législatives », a insisté la même source.

S’agissant de l’utilisation par la coalition “Al-Karama” de la photo de Kais Saïed sur leurs affiches, la même source a dénoncé les violations constatées en période de campagne, indiquant que leur candidat n’a autorisé aucune partie à utiliser son nom ou sa photo dans sa campagne.

« Un détournement illégal »

La juge Hasna Ben Slimane, membre de l’ISIE, a pour sa part rappelé que la loi interdit de confondre élections législatives et présidentielle. Cependant, l’instance électorale reçoit les plaintes mais les sanctions ne sont appliquées qu’à posteriori, étant donné que les violations sont examinées après la proclamation des résultats, selon la loi, explique la même source.

De son côté, Imed Dghij, l’un des représentants de la campagne pour la coalition al Karama, rétorque que l’usage de l’image de Kais Saïed « est un acte spontané » et que nul ne peut empêcher les jeunes d’Al Zahrouni de s’enthousiasmer pour lui : « Ce qu’ils disent à travers cette affiche est qu’ils ont fait leur choix. Pour eux ce sera Kais Saïed à la présidentielle et Seif Eddine Makhlouf pour les législatives », justifie-t-il.

Autre contentieux concernant l’image décidément très disputée de la vague Kais Saïed, Nissaf Hammami, qui se présente comme l’une des militantes du « Mouvement des jeunes patriotes de Tunisie » a revendiqué hier soir l’exclusivité du soutien apporté à Saïed, son mouvement ayant apporté selon elle 13 mille des 30 milles parrainages recueillis par le candidat au premier tour.

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

LES SERIES DU MAGAZINE

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer