Tunisie.Migration : le Mufti de la République prend position

Le mufti de la République Othman Battikh a qualifié vendredi de « péché », « l’immigration clandestine », justifiant cette proclamation par le danger que représentent les embarcations en question sur la vie des immigrés.

Pour ce faire, Battikh cite un verset du Coran qui dans lequel il est dit : « Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction ». Pour sa part, le ministre des Affaires religieuses algérien, Mohamed Aïssa, a déclaré à son tour que « l’immigration clandestine est contraire aux valeurs de l’Islam ».

Deux positionnements qui traduisent le souci des institutions religieuses de l’Etat de prendre le relai du tout sécuritaire, en tentant de dissuader sur tous les fronts les jeunes et moins jeunes tentés par l’aventure.  

Ces déclarations ont cependant suscité l’indignation du Cheikh Ben Hassen, un imam wahhabite influent dans la région de Msaken (Sousse), qui a dénoncé dans son prêche « le silence au passage du Mufti sur l’égalité de l’héritage entre la femme et l’homme, prônée par l’exécutif, ainsi que sur l’homosexualité en Tunisie ».

Selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 85.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Italie au second semestre 2017 en traversant la Méditerranée, sur un total de 100.000 arrivant en Europe. Près de 2300 sont morts ou portés disparus. Des hommes, des femmes et des enfants qui sont de plus en plus nombreux à passer par la Tunisie.

S.S

IL RACONTE

CHRONIQUES

VOYAGES

EDITOS

ON A TESTE

LES SERIES DU MAGAZINE

RECETTES

Articles les + lus


Agenda


TERROIR

×

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

Fermer